KABYLIE : VERS DES MILICES D’OUYAHIA ?

L’humiliation subie par Ouyahia au stade du 05 juillet n’a pas fini de le tourmenter.

Une grande bagarre a opposé les élus APW RND dans leur siège de wilaya ce 23 juin. Motif : une réunion provoquée à Tizi Ouzou sur instruction d’Alger pour publier un communiqué destiné à dénoncer « ceux qui ont payé les supporters de la JSK » qui ont pris à partie Ouyahia lors de la finale de la coupe d’Algérie.

L’ordre était d’accuser formellement le RCD et notamment son député Yassine Aissiouane comme l’instigateur et financier de l’opération. Ayant refusé d’adhérer à la manipulation, une des élus, madame Rosa Habichi, qui aurait également refusé  l’appel à un cinquième mandat de Bouteflika, a été violemment agressée par le vice-président de l’APW. Le lendemain elle a d’ailleurs posté cette information sur son profil facebook.

Après cet incident, le bureau de Tizi Ouzou du RND signale le blocage à Alger qui ordonne le maintien du communiqué qui, selon nos informations, est reporté pour la journée du 27 juin.

La tentation de la violence gagne de plus en plus en Kabylie. Stigmatisant Ferhat Mehenni pour l’appel à constituer «  des corps de contraintes », Ouyahia avait déclaré dans  sa dernière conférence de presse que «  la violence relève du monopole de l’Etat ». Il faut croire que l’individu substitue sa personne à l’Etat.

En effet, la direction du RND a donné instruction pour ses structures de Kabylie de lister des baltaguias afin de créer ses propres milices entrant ainsi dans une dangereuse compétition avec le MAK dont madame Habichi Rosa est la première victime. L’ordre est clair. Chaque «  militant doit enrôler six à huit délinquants » pour les utiliser le moment venu.

Le maire de Tizi Ouzou, Ouahab Ait Menguellat a d’ailleurs massivement affecté les parkings à ces nouvelles recrues, provoquant une colère générale des automobilistes soumis à un racket jour et nuit. Débordés par les plaintes des citoyens, les services de police ont interpellé le maire afin de mettre à un terme à ces manœuvres. Ce dernier, s’estimant suffisamment couvert par le premier ministre qu’il a rejoint le soir même de son élimination des candidatures du RCD lors des dernières législatives refuse d’obtempérer. Cette insoumission  a été à l’origine d’une violente altercation entre lui et le chef de sureté de la wilaya. Ce n’est que face à la montée du mécontentement général de la population que le wali a été contraint de demander l’arrêt de ces attributions sauvages.

Sofiane Nouar

You might also like More from author