ATTAQUE DE LONDRES : les assaillants voulaient un camion

Une telle attaque aurait pu être bien plus meurtrière.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La police britannique a révélé samedi que l’attentat perpétré à Londres le 3 juin aurait pu être encore plus meurtrier, les assaillants ayant tenté de louer un camion de 7,5 tonnes avant d’opter pour une camionnette.

Le jour de l’attentat, Khuram Shazad Butt a effectué des démarches sur internet pour essayer de se procurer un camion, mais « la procédure de paiement a échoué », a expliqué Dean Haydon, le chef de l’unité anti-terroriste de Scotland Yard.

© London Metropolitan Police Service
© London Metropolitan Police Service

Avec un tel véhicule, « les conséquences auraient pu être bien pires », a-t-il souligné. « À ce stade de l’enquête, il me semble qu’il s’est donc tourné vers un plan B, qui a abouti à la location de la camionnette », a ajouté M. Haydon.

Différents objets ont été retrouvés à l’intérieur du véhicule parmi lesquels des cocktails Molotov et deux chalumeaux. « Treize bouteilles de vin enroulées dans des chiffons, et contenant a priori un liquide inflammable », a précisé Scotland Yard dans un communiqué.

© London Metropolitan Police Service
© London Metropolitan Police Service

La police a également publié des images des couteaux en céramique utilisés par les agresseurs, longs de trente centimètres, de couleur rose et de marque Ernesto, afin d’obtenir des informations sur leur provenance auprès du grand public.

« Nous avons besoin d’en savoir davantage à propos de ces couteaux peu communs. D’où viennent-ils ? Où les assaillants ont-ils pu se les procurer ? », s’interrogent les enquêteurs.

© London Metropolitan Police Service
© London Metropolitan Police Service

La cache peut-être retrouvée

Les policiers pensent également avoir localisé le logement où a été organisée l’attaque, à l’une des adresses qui a été perquisitionnée, dans le quartier de Barking, dans l’est londonien.

Ils y ont notamment retrouvé un exemplaire du Coran en anglais, « ouvert à la page décrivant le martyre », ainsi que des bouteilles dont émanait « une odeur de pétrole » et une recharge de liquide pour briquet.

Tarik Melloul

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :