LWENNAS MATOUB : « un Rebelle peut-il mourir ? »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dix-neuf ans après son lâche assassinat, Lwennas Matoub continue à mobiliser les foules.

Des centaines de personnes venues des quatre coins du pays se sont rendues au village natal du barde à savoir Taourirt Moussa dans la commune de Béni Douala afin de se recueillir à sa mémoire.

L’émotion était palpable sur les visages de ces jeunes, qui pour certains sont nés après la disparition du rebelle, doublée à cela, la belle prouesse réalisée par Nadia Matoub, qui a su garder la dignité du nom qu’elle porte et qui a su tenir tête à sa belle sœur Malika, qui voulait reverser la maison du défunt au patrimoine de l’Etat et de ce fait en faire une « annexe » de la maison de la culture de Tizi Ouzou.

La Commémoration de cette année s’est passée dans un calme absolu contrairement à celle de l’année précédente où des incidents avaient eu lieu. Ces incidents étaient causés, rappelons le, par la présence contestée des autorités et de certains « mercenaires » voulant récupérer la mémoire de Lwennas, mais à qui la population avait fait comprendre qu’il était impossible d’aller dans un sens inverse que celui du combat de Matoub.

  Quand il s’agit de Lwennas Matoub, l’expression « Yella yiwen, yella, ulac-it, yella yiwen, ulac-it, yella » trouve tout son sens.

                                                                                            Dihya Mahmoudi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :