OUYAHIA : fanfare et farandole

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans son allocution de cloture de son troisième conseil national, Ahmed Ouyahia, SG du RND et néanmoins Secrétaire Général de la présidence, s’est encore une fois adonné à son passe-temps préféré : Tirer sur tout le monde !

Il commence par Sellal, ancien premier ministre, auquel il reproche sa démagogie, son populisme et ses pitreries devenues légion. Il est vrai que le courant n’est jamais passé entre les deux serviteurs du régime, mais de là à tirer sur une ambulance, la ligne est franchie. La décence aurait commandé au SG du RND de se taire, car dans cette fantasque solidarité gouvernementale, les attaques post-mortem politiquement ne sont pas permises.

Question qui se pose : à quel dessein peut servir cette sortie ?

Il continue ensuite ses diatribes et traite la quasi-totalité de la classe politique opposante, ainsi que la majorité du peuple de démagogues, car selon lui, ces derniers n’auraient pas du s’opposer ni à la fameuse loi de finances 2017, ni à la loi portant sur le régime des retraites. Limite s’il ne traite pas tout ce beau monde de « traîtrise ! »

Enfin, comme dans un prêche désertique, Ouyahia affirme encore une fois « son soutien inconditionnel au programme du président de la république et au plan d’action du gouvernement.. » Notons que ni ce théorique plan d’action de Tebboune, encore moins le programme de Bouteflika ne sont connus de personne.

Ce discours aux inconnues à plusieurs variables sonne comme un placement dans les Starting-Blocks du régime, vers où mènera cette course à la médiocrité, l’avenir nous le dira sûrement !

Rym Senhadji

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :