RETRAIT DE LA PLAINTE CONTRE LE MONDE : le double message de Bouteflika

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le chef de l’Etat algérien vient de retirer la plainte qu’il avait déposée contre le quotidien français le Monde en avril 2016 après la publication de sa photo en « une » l’impliquant implicitement  dans le scandale des Panama papers.

Ses avocats Chems Eddine Hafiz et Basile Ader  assurent que le procès était gagné d’avance. Le second explique que cette décision est une mesure qui fait montre d’une certaine majesté et d’une certaine magnanimité du président de la république avant d’insister sur le fait que c’était là un geste fort en direction de la presse notamment le Monde.

Cette attitude vient confirmer un positionnement et un message.

Depuis son arrivée au pouvoir en 1999, Bouteflika a refusé tout contact avec la presse privée de son pays. Les relations entre la présidence et les médias privés qui étaient et demeurent tendues et même conflictuelles n’ont été touchées ni par la grâce de cette majesté ni par la clémence de cette magnanimité. Emprisonnements de journalistes, chantage par la publicité essentiellement dispatchée par l’agence nationale ANEP, durcissement de la législation, pollution de l’espace médiatique par des organes para-publiques échappant à la loi, annulation illégale du rachat du groupe El Khabar par CEVITAL…auront caractérisé, depuis le début, le dictat de Bouteflika.  Pour lui, l’opinion interne est d’abord sinon exclusivement une affaire relevant des services de sécurité ou de la subornation, du moins, tant que les ressources financières de l’Etat le permettaient.

Par contre, le souci de cultiver une image d’homme politique expérimenté, subtile et utile aux grands débats a toujours été un souci permanent pour celui qui peut rester des mois voire des années sans s’adresser à ses concitoyens mais qui n’oublie jamais d’adresser un message de félicitation aux dirigeants étrangers les plus modestes à chaque anniversaire.    

Au moment où nous écrivons, le quotidien français le Monde n’a pas encore réagi à ce puissant « geste » qui résonne comme une dette.

Rabah Lounis.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :