BLOCAGE DE CEVITAL A BEJAIA : timide démarcation du FFS de Djelloul Achour

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les instances régionales du FFS de Béjaia ont publié un communiqué ce 9 juillet, après avoir rencontré le directeur du port, Achour Djelloul et le président directeur général de Cevital, Issad Rebrab « dans le but d’avoir les éléments d’information(s) (sic) sur la polémique au sujet de la réalisation d’une usine de trituration de graines oléagineuses ».

Les rédacteurs disent être arrivés à la conclusion que « cette question (l’implantation de l’usine NDLR), soluble au regard des discussions avec M. Issad Rebrab ne doit pas justifier l’autre problème, celui de refuser de traiter et de décharger les navires transportant les équipements destinés à l’usine de trituration… ».

On note, cependant, qu’à l’inverse des explications d’Issad Rabrab, largement rapportées, les propos du directeur du port n’ont fait l’objet d’aucun commentaire de la part du FFS qui s’était engagé à rendre simultanément publiques les positions des deux protagonistes.

Jusque-là, ce parti a refusé de se joindre aux autres acteurs (RCD, Talaa el houraite, El Moustaqbal, RPK), les syndicats autonomes et les associations de la société civile qui ont spontanément exprimé leur solidarité au « comité de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements dans la région. » Ce retrait, peu lisible par une opinion publique indignée par des abus administratifs caractérisés, a aussi soulevé quelques remous dans ses rangs. Nombre des militants du FFS travaillant à Cevital ont, en effet, manifesté avec leurs collègues dans les rues de Béjaia pour protéger leur emploi.

On se souvient qu’auparavant, l’un de ces responsables avait même brocardé sur la toile « des chômeurs qui soutiennent un milliardaire alors qu’ils ne peuvent même pas payer leur casse croûte », affichant ainsi une hostilité déclarée envers le premier investisseur de la région et, indirectement, un parti pris en faveur du directeur du port.

Pour rappel, ce dernier, interdit, en violation de la loi, le déchargement des équipements de Cevital destinés à installer l’usine mentionnée ci-dessus. On sait, par ailleurs, que l’homme d’affaire Kouninef est en train de réaliser la même structure dans l’enceinte même du port de Djendjen, soit à peine quelques dizaines de kilomètres à l’est de Béjaia.

Cette application régionaliste de la loi a pu peser sur la conclusion du communiqué qui rappelle que : « les responsables du FFS ont tenu à réaffirmer la position du parti en faveur de la promotion et le développement public et privé dans le respect de l’équité et des lois en vigueur sur l’ensemble du territoire national ».

Ce qui peut vouloir dire que ce qui est possible à Djendjen doit l’être à Béjaia.

Même timide et quelque peu ambigüe, cette dernière déclaration du FFS, qui continue de réduire un conflit qui bouleverse la wilaya depuis plusieurs mois à une « polémique », marque une certaine inflexion dans sa position en faveur du déblocage de la situation.

Reste à savoir ce que fera ce parti lors de la prochaine séance publique de l’APW qui coïncidera avec la campagne électorale pour les élections locales.

Akli Rahmoune

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :