Graves accusations du RCD

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans un communiqué sanctionnant les travaux de son Secrétariat national, le Rassemblement pour la culture et la démocratie a proféré de graves accusations à l’encontre des pouvoirs publics sur la question de la gestion des migrants subsahariens. Pour ce parti qui dénonce « l’exploitation de ce drame humain par de hauts responsables de l’Etat à des fins électoralistes », cette situation est le résultat de « parties au pouvoir qui ont délibérément poussé ces populations à se disperser dans toutes les villes du nord du pays pour susciter un sentiment de rejet au moment où il fallait les regrouper et les prendre en charge dans des lieux décents et les traiter comme des réfugies ». Ce constat fait, le RCD demande aux pouvoir publics d’ouvrir une enquête pour situer les responsabilités.

Malgré le laisser-faire flagrant du pouvoir algérien sur la question de la gestion des flux migratoires, en particulier sub-sahariens, c’est la première fois qu’une entité officielle pointe du doigt un comportement délibéré des pouvoirs publics pour susciter le rejet de ces populations et laisser la main libre au pouvoir d’intervenir au moment qu’il juge utile.

Rappelant que contrairement à ce qui était attendu, les autorités algériennes ont laissé ces populations démunies, livrées à elles-mêmes pour se disperser dans toutes les villes et villages du nord en quête d’aumône.  Pourtant, il était loisible aux pouvoirs publics de construire des centres d’accueil dans le sud du pays sur le modèle de ceux qui accueillent encore les populations du Sahara Occidental à Tindouf.

Pour rappel, Ahmed Ouyahia a proposé, en gros, le renvoi de ses populations dans leur pays d’origine. Dans le même temps, d’autres responsables lui ont emboité le pas. A contrario, certains acteurs ont prôné un traitement humain de ce drame en rappelant le devoir de solidarité et d’humanité de la nation.

La polémique Tebboune-Haddad-Sidi Said a mis en veilleuse dans les médias cette question politique et humanitaire.
Curieusement, ces graves accusations du RCD n’ont suscité encore aucune réaction. Même la presse, d’habitude friande de ce genre de propos, a préféré rester sur le feuilleton Tebboune-Haddad-Sidi Said.

A suivre. Peut-être

Rabah Saïd

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :