TUNISIE : sur la voie de la modernité

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le parlement tunisien vient de voter  à l’unanimité de ses membres, à savoir 146 députés  présents, une loi -qualifiée d’Historique-  contre les violences faites aux femmes.

C’est le   mercredi 26 juillet, soit six jours après l’ouverture des débats  que  la loi mettant  fin aux violences faites aux femmes  a été votée. Cette dernière prévoit   de nombreuses mesures plus importantes les unes que les autres, allant jusqu’à des mesures radicales a fin  d’essayer de  délivrer les femmes tunisiennes   victimes d’un certain nombre d’actes qualifiés  de barbares.

Cette loi prévoit donc : la reconnaissance de toutes sortes  de violences, qu’elle soit physiques, morales, psychologiques, sexuelles ou même économiques dont les femmes tunisiennes pourraient être victimes.

En plus d’une assistance juridique et psychologique, la femme tunisienne victime de violence, peut demander une ordonnance de protection contre son agresseur au tribunal sans passer par une plainte au pénal.

Un autre soulagement pour cette frange de la société tunisienne, avec la modification de l’article 227bis. Ce dernier était sujet à scandales, car il prévoyait six ans de prison ferme pour toute personne ayant  commis  des violences sexuelles sur  une enfant de moins de 15 ans mais cette sentence n’avait plus lieu d’être si la victime épousait son bourreau.

Désormais toute personne qui viole un enfant de moins de 16 ans est condamné à six ans de prison ferme et ceci même avec son consentement.  Le même article prévoit une sentence de cinq ans de prison pour quiconque ayant des rapports sexuelles avec une jeune fille de plus de 16 ans et de moins de 18 ans et ceci aussi même avec son consentement.

La Tunisie connue pour ses mesures progressistes concernant la question des droits des femmes, continue à donner l’exemple dans la défense de celles-ci dans les sphère de l’Afrique du Nord.

Katia Meziani

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :