ALGÉRIE : La protection civile sous-équipée

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

14000 hectares de forêts, de maquis et d’arbres fruitiers sont partis en fumée, des centaines de tètes de bétail calcinées, des ruches détruites et des vies perdues. Voici le bilan émis ce 6 août par les autorités concernant les incendies qui ravagent 18 wilayas du pays depuis le 1er juin.

La Kabylie se retrouve propulsée à la pôle position avec plus de 500 départs de feux sur les 1600 annoncés par la protection civile.

A Bejaia, dans la région de Sidi Aich, plus de 700 hectares ont été ravagés, le bilan aurait pu être plus grave, si ce n’était la mobilisation villageoise.

En effet, à travers toute la wilaya, des centaines de citoyens ont pris l’initiative d’aller à la rencontre des flammes pour éviter le pire. Armés de pelles, de pioches, de sceaux d’eau, les villageois sont allés renforcer les colonnes mobiles de la protection civile qui étaient dépassées par l’ampleur de la catastrophe écologique et qui étaient dans certains cas si ce n’est la majorité, désarmés devant l’avancée implacable des flammes.

La question que se pose bon nombre d’observateurs dans le pays est : où sont les moyens aéroportés des pompiers ?

La région de Kabylie, comme bon nombre de région du nord algérien, sont des régions montagneuses et escarpées, avec des reliefs difficiles d’approche et/ou l’absence de pistes forestières, d’entretien du tissu végétal qui rendent l’accès à ces sites quasiment impossible.

« La protection civile algérienne disposerait de 06 hélicoptères bombardiers d’eau (HBE). Nul ne les a vus au dessus des cieux de Bejaia, à l’instar des Canadairs, inexistants dans la flotte. » Nous commente Salim. Z, résidant de la commune d’Akfadou.

Qu’en est-il chez notre voisin du nord ?

La sécurité civile française par exemple, pays 5 fois plus petit que l’Algérie, possède, outre les 35 hélicoptères bombardiers d’eau, 26 avions, dont 23 qui sont consacrés à la lutte contre les incendies.

La flotte la plus importante est celle des bombardiers d’eau Canadair CL 415, qui s’élève au nombre de douze appareils qui peuvent emporter chacun six tonnes d’eau.

Viennent ensuite les Tracker Turbo Firecat au nombre de neuf et qui sont, entre autres, utilisés pour des missions de guet aérien en emportant 3,2 tonnes d’eau mélangées à du retardant.

Quel est le coût de ce matériel ?

En 2016, en Algérie, malgré la crise « d’austérité » annoncée par les différents gouvernements, le budget d’armement du ministère de la défense nationale, ne cessant de croître, a atteint 6.7%  du PIB soit 10.6 milliards de dollars.

Le prix d’un Canadair CL415 est d’environ 30 millions de dollars US. Le Mig 29 est à 35 Millions de dollars US, en 2009 l’Algérie a acquis 36 chasseurs russes et pas un seul Canadair.

Avec le manque de moyens des pompiers algériens, l’armée de l’air ne régnera que sur des tas fumants et des cendres. Il faut impérativement revoir cet état de fait et penser à protéger notre tissu végétal et par ricochet la vie des Algériens. Les moyens existent et le pays parviendrait à faire face aux incendies avec un minimum de volonté et de responsabilité.

Kassa Aïdli

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :