Chômage et inflation : les chiffres de l’ONS

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les chiffres du chômage et de l’inflation de l’Office national des statistiques (ONS) répercutés par l’Agence presse service (APS), le 12 août dernier relèvent des hausses significatives des deux indicateurs. « Le taux de chômage en Algérie a atteint 12,3% en avril 2017 contre 10,5% en septembre 2016 ». L’inflation, quand à elle, vole de 6,5% entre août 2016 et juillet 2017.  Cette information a été  quelque peu occultée dans la presse sans doute en raison d’une actualité dominée par la cacophonie qui nous a été servie durant cette période  par les représentants des plus hautes instances du pays.

Selon l’ONS en avril dernier, le nombre de la population active a atteint 12,277 millions de personnes contre 12,117 millions en septembre 2016, avec un solde positif de 160.000 personnes, soit une hausse de 1,3%. L’office écrit « La population active est l’ensemble des personnes en âge de travailler et disponibles sur le marché du travail, qu’elles aient un emploi ou qu’elles soient en chômage. Sur cette population active, les femmes représentaient 20,6% avec un nombre de 2,524 millions en avril dernier.

Quant à la population occupée (personnes ayant un emploi), elle était estimée à 10,769 millions de personnes en avril 2017 contre 10,845 millions de personnes en septembre 2016, enregistrant un solde négatif de 76.000 personnes par rapport à septembre 2016.

La population en chômage a ainsi atteint 1,508 million de personnes, soit un taux de chômage de 12,3% au niveau national, en hausse de 1,8 point par rapport à septembre 2016. L’office indique que le taux de chômage des jeunes de 16-24 ans est de 29,7%. Le taux de chômage auprès des personnes sans qualification est passé de 7,7% en septembre 2016 à 10,1% en avril 2017, alors que celui des diplômés de la formation professionnelle est passé de 13% à 14,8% entre les deux périodes de comparaison.

Il est observé, par ailleurs, que la baisse du volume de l’emploi entre septembre 2016 et avril 2017 a touché le secteur du BTP avec un solde négatif de 91.000 personnes, ainsi que le commerce, les services et l’administration publique (un solde négatif de 84.000). En revanche, un solde positif a été enregistré pour le secteur de l’agriculture (63.000) et l’industrie (36.000) comparativement à septembre 2016. L’ONS fait aussi savoir que six (6) chômeurs sur dix (10) en moyenne sont des chômeurs de longue durée, c’est-à-dire que 62,2% cherchent un poste d’emploi depuis une année ou plus.

Au sujet de l’inflation, elle est tirée en particulier par la hausse des produits alimentaires : la viande blanche (+4,0%), les légumes (+5,7%)… L’envolée de ses produits durant ce mois d’aout n’’est évidement pas prise en compte dans ces statistiques.

Ces chiffres du chômage et de la cherté de la vie sont loin de refléter la réalité. A titre d’exemple, les centaines de milliers de diplômés éjectées de l’ANEM dans le cadre du pré emploi (8 000 dinars par mois) sont considérés comme des personnes qui ne sont plus à la recherche d’un emploi alors qu’ils sont dans une précarité quasi absolue.

Sur l’inflation, la définition même du panier de produits sur lesquels ce calcul s’effectue pose problème. C’est un sujet sur lequel les syndicats autonomes peuvent mobiliser.

Rabah Saïd

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :