HARCÈLEMENT CULTUREL EN KABYLIE : un séminaire de formation de cinéastes encerclé par la gendarmerie

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ce mercredi, le village d’Ait El Kadi, relevant de la commune d’Agouni Gueghrane et situé à une trentaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou abritait un séminaire destiné à former des cinéastes en prévision du lancement d’une télévision kabyle lancée par des militants basés au Canada.

Alors que rien ne le laissait présager, un convoi de véhicules composé de quatre Land- Rovers, d’un fourgon de transport de troupe et d’un engin blindé a pris position autour du village provoquant l’émoi dans ce regroupement culturel. Au bout d’une demi-heure, la tension monte, des dizaines d’habitants se mobilisent et entament un mouvement en direction du dispositif d’encerclement. Le comité du village exige des explications qui tardent à venir. La confrontation est évitée de justesse quand des jeunes fondus dans une population, de plus en plus nombreuse, commencent à lancer des quolibets aux gendarmes qui décident subitement de se replier loin de l’agglomération, après avoir reçu des instructions de leur hiérarchie selon nos informations..

Rachid Ali ou Kaci, un des initiateurs de cette activité est resté profondément choqué : «  qu’est ce qui peut motiver un tel déploiement alors qu’il s’agit d’un événement culturel ordinaire. Que cherche-t-on à démontrer ou à provoquer ? » s’est-il indigné une heure après le départ des gendarmes.

Cela fait plusieurs mois que la moindre activité culturelle engendre des réactions intempestives des autorités administratives ou policières. C’est la première fois qu’un démembrement relevant du ministère de la défense est impliquée dans cette forme de répression.   

Pour rappel, il y a deux semaines, le café littéraire d’Aokas a subi un assaut des CNS, alors que le professeur Ramdane Achab y donnait une conférence. De son côté, le café littéraire de Béjaia qui active depuis une dizaine d’années vient de se voir sommé de déposer une requête auprès de la wilaya pour accueillir Said Sadi qui doit y animer une conférence débat autour de son livre consacré au chanteur Cherif Kheddam alors que ce genre d’autorisation n’était pas exigée jusque là. Les animateurs de cette structure ont refusé de se plier au diktat de la wilaya et Said Sadi a annoncé sur sa page facebook qu’il serait présent le 17 août à Bejaia.

Akli Rahmoune

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :