JSK: destination inconnue

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le séjour des joueurs de la JSK, envoyés en stage de préparation en Tunisie, s’est transformé en un roman kafkaien.

La JSK, partie sans entraineur, ni médecin, s’est retrouvée finalement avec deux staffs techniques. Le duo Faouzi Moussouni et Mourad Rahmouni, lié à la JSK par un contrat arrivant à terme dans 14 mois, même si la direction du club les a limogés verbalement, s’est déplacé dans la journée du mercredi pour rejoindre le club en Tunisie, afin d’entrainer les joueurs en ce 2eme stage, au moment où l’italien Enrico Fabro a été appelé par Moh Chérif Hannachi pour prendre les commandes. 

Arrivés sur place, Moussouni et Rahmouni, ont pris attache avec Fabro pour lui clarifier la situation. Du coup, Moussouni et Rahmouni ont empêché Fabro de commencer son travail puisqu’il n’a signé aucun contrat avec le club, chose qui a poussé le technicien italien à quitter Tunis et la JSK, alors que le dirigeant du club, Nassim Benabderrahmane a voulu les empêcher de driver l’équipe.

Cet incident a poussé le conseil d’administration de la JSK, sous la présidence de Malik Azlef, président intérimaire puisque Hannachi est parti en vacances au Maroc, de maintenir le duo Moussouni-Rahmouni, qui avait été limogé la semaine passée puis mis à la disposition de l’équipe réserve.
Pire encore : des informations ont circulé ces derniers jours citant l’arrivée de Lakhdar Madjene et de Saïd Zouaoui pour prendre la présidence de la SSPA/JSK, si l’AG des actionnaires annonce l’ouverture du capital à d’autres personnes.

Mais, aux dernières nouvelles, le président intérimaire de la JSK, Malik Azlef, persiste et signe qu’il n’y aura pas d’assemblée générale pour ce lundi 7 août, alors que « les membres du conseil d’administration ont convoqué cette AG et tous les actionnaires ont reçu leurs convocations » comme tient à le confirmer l’un de ces membres, Azeddine Mellal, qui rejoint le porte-parole du CSA, Meftah Hanine, qui confirme.

Un autre fils du club vient d’annoncer sa candidature à la présidence de la JSK : il s’agit de Hamid Sadmi, étant donné que Lakhdar Madjene est, finalement, loin d’être parmi les successeurs de Hannachi.

La candidature de Madjene est semblable à celle qui l’avait donné comme candidat FLN à Tizi Ouzou aux dernières législatives : elle n’est qu’une candidature sur un journal, mais sans aucun poids sur le terrain, d’autant plus que l’entreprise Madjene vit une situation financière difficile et se dirige vers la faillite.

La JSK, qui reste le club le plus titré en Algérie et le seul qui n’a jamais été rétrogradé depuis son accession en première division, depuis son accession à la division 1 durant la saison 1968/1969. Depuis plusieurs années, l’équipe ne semble pas retrouver sa sérénité et sa stabilité.

Les derniers clashs entre Hannachi et le duo Moussouni-Rahmouni, sont des signes d’alerte pour un autre début de saison catastrophique du club qui a fait les beaux jours des supporters de Kabylie et même ceux qui vivent au-delà des frontières.

Lyazid Hamani

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :