Nomination d’Ouyahia : Rien n’est au dessus des intérêts des clans

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Finalement, la parenthèse Tebboune a été refermée plus vite que prévue. Les meilleurs pronostics le donnaient partant après les élections locales  prévues pour le mois de novembre.

En effet, les analystes et autres commentateurs de presse pensaient que le chef de l’Etat n’allait pas se séparer de son ami « de traversée du désert » sans mettre une forme d’élégance. Tebboune  avait déjà fait avaliser son plan d’action par le parlement et son gouvernement est en pleine préparation des élections municipales et de wilaya.

Le brutal limogeage du premier ministre a le mérite de délivrer à l’opinion un message clair : rien n’est au dessus des intérêts des clans ; la stabilité et la conduite des affaires de l’Etat peuvent attendre.

Le rééquilibrage au profit du « pôle » RND se poursuit-il ?

On l’aura remarqué et plusieurs observateurs ont révélé le fait que les élections législatives du 04 mai ont donné lieu à un dopage du RND d’Ahmed Ouyahia au détriment du FLN.

Si l’option Tebboune a été sortie à la dernière minute, comme nous l’écrivions dans un article intitulé  « Tebboune: un été de brouilles et d’embrouilles », la part réservée au RND dans ce gouvernement n’était pas conforme au coup de pouce plus que visible de « la main invisible » de la fraude. A tel point que le conseil constitutionnel a cru que l’air du temps dictait un arbitrage  en  faveur du parti d’Ouyahia dans la plupart des recours jugés recevables.

Une campagne médiatique donnait Tebboune  comme une victime des tenants de la force de  l’argent qui gravitent autour de la commande publique et des importations auxquelles Ouyahia, partisan historique de la bureaucratie économique  a toujours donné la primeur. C’est il ne faut pas l’oublier sous sa primature que le scandale Khalifa avait vraiment prospéré. Il revient en plein volcan financier Haddadien auquel il apporte un soutien plus qu’appuyé.

Il fallait peut être mettre fin à cette illusion de séparation de l’irruption des oligarques dans la scène politique qui peut s’avérer dangereuse, même si elle est sélective et strictement contrôlée.  Le choix d’Ahmed Ouyahia est le meilleur signal qu’il faut que les choses reprennent leur cours normal en attendant…..2019.

Rabah Saïd

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :