TUNISIE : une société qui se réconcilie avec elle-même.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après le vote des parlementaires tunisiens d’une loi contre les violences faites aux femmes, fin juillet, voilà que le président Beji Caid Essebsi lance un nouveau débat concernant l’égalité absolue en droit entre les sexes à l’occasion de « La fête de la femme » en Tunisie.

Ce dimanche, 13 août 2017, le président tunisien a, en effet, lancé, lors de son discours devant son gouvernement, le débat sur la question de l’égalité des sexes et ceci dans tous les domaines y compris celui de l’héritage.

En évoquant cette question, ô combien taboue et une chasse gardée des « mâles » dans les sociétés musulmanes, le président a voulu s’adresser à l’intelligence de ses concitoyens, avec un ton rassurant. Il dit ne pas vouloir choquer les Tunisiens avec les nouvelles réformes mais il rappelle que la constitution de son pays stipule que l’Etat tunisien est un Etat civil et que de ce fait il faut aller vers l’égalité entre la femme et l’homme dans tous les domaines.

 Une commission a été chargée de remettre un rapport au président concernant les deux points à savoir celui sur la question des libertés individuelles et  celui de l’égalité totale entre les sexes.

Le président tunisien, Beji  Caid Essebsi est allé plus loin en demandant à son gouvernement de retirer la circulaire de 1973 qui empêchait les Tunisiennes d’épouser des non musulmans.

Il est temps que le vent de laïcité que retrouve la Tunisie atteigne le reste des pays de l’Afrique du Nord, car après le tourisme, la Tunisie dépasse de loin ses voisins dans d’autres domaines plus importants les uns que les autres.

Il est à signaler que juste après cette annonce, les grands muftis d’Al Azhar en Égypte, connus pour être proches du courant de la confrérie des frères musulmans, ont dénoncé cette annonce qu’ils qualifient « d’apostasie ».

Katia Meziani

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :