Crise de liquidités : le trésor a alerté depuis plus de deux ans

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Par Rabah Said

Après l’offensive du gouvernement pour faire passer la modification de l’ordonnance portant monnaie et crédit sans amendements au niveau de l’Assemblée, c’est autour du Directeur du Trésor de plaider le bienfondé du recours à la création monétaire. Dans la forêt de chiffres qu’il a présentés, il a annoncé que « pour boucler le budget 2017, il faut trouver 600 milliards de dinars avant la fin de l’année ». Lors de son discours à l’APN, Ahmed Ouyahia a avancé le chiffre de 500 milliards de dinars. Cet écart, en l’espace de 10 jours, légitime à lui seul les doutes et les peurs des citoyens sur une gestion à vue de nos gouvernants.

Sur un autre registre, une question d’un député du RCD qui l’interpellait sur la nature de l’information que fournit le Trésor au gouvernement mérite attention. Plus précisément, l’élu lui rappelle qu’en «  juin le gouvernement Tebboune a présenté une situation financière « gérable » et en septembre Ouyahia vient à l’Assemblée pour nous dire que nous vivons l’enfer et qu’on ne peut même pas payer les salaires de novembre; est-ce que le système comptable du trésor n’a pas pu repérer à temps, de tels déficits abyssaux ? » fait remarqué le député.

Le directeur du trésor assure que son administration édite une lettre à l’attention des banques et du gouvernement tous les mois ; « si vous parlez d’alertes nous les avons émises, mais le reste ce n’est pas nous ».

Tout commentaire est superflu sur une gouvernance qui n’obéit qu’à l’impératif de pérennité d’un système qui ne peut plus fonctionner son chekara; même de faux dinars.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :