Ghozali au Campus de jeunes du RCD: « l’Algérie vit de richesses qu’elle n’a pas créées »

Par : S-Skimani et K-Aïdli

Deux conférenciers de renom ont animé des conférences au Campus des jeunes du RCD devant des centaines de participants.

 Sid-Ahmed Ghozali qui intervenait après l’allocution du président du RCD a traité du thème de « l’eau et l’énergie ». Dans sa présentation, il insistera, d’abord, sur la première des énergies qui, à ses yeux, demeure « le capital humain, totalement ignoré par les gouvernants algériens ». Il a mis en évidence cette situation, unique en son genre, «  illustration de la mauvaise gouvernance ». L’ancien chef de gouvernement et plusieurs fois ministre sous plusieurs gouvernements a mis en exergue une situation, unique en son genre, à ce que « l’Algérie vit de richesses qu’elle n’a pas créées », signe pour ce dernier de « mauvaise gouvernance ». Poussant son analyse de la situation du pays, M. Ghozali met en garde contre « un inéluctable chaos » au vu du tarissement des ressources financières et énergies fossiles.

Sid Ahmed Ghozali assène que « le programme du président est inexistant ; le seul domaine où l’exécutif excelle est la course vers la préservation du système rentier ». Pour lui, «  la solution doit passer par la réforme du système de gouvernance », mais il prévient qu’ « en dehors d’un changement dans l’ordre, on s’exposera à un changement dans le désordre ».  Pour l’ancien directeur général de Sonatrach, l’Algérie doit impérativement se projeter vers « l’exploitation des énergies renouvelables, à savoir l’éolien, le solaire et l’hydro-thermique ».

Lui succédant, Belkacem Mostefaoui, professeur à l’école nationale de journalisme et des sciences de l’information, a traité de la « régulation des médias et journalisme ». Ce dernier a mis en évidence la différence existant entre le journalisme et la communication. Le professeur a déploré « l’absence d’un service public de l’audiovisuel ainsi que le déficit en formation ». Il a aussi déploré « la pléthore de quotidiens de droit privé, au nombre de 140, dénués du respect de l’éthique et des règles de déontologie ».

Dans l’après-midi, les jeunes du RCD ont pris part aux travaux de onze ateliers de formation sur des thèmes très variés.

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :