MOHCINE BELABBAS: « Nous ne voulons pas d’un nouveau parrain désigné par les marionnettistes »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Par Salima Skimani

Devant des centaines de jeunes, regroupés au Campus annuel de la jeunesse libre du parti, Mohcine Belabbas, président du RCD, a prononcé une allocution très attendue, car intervenant en pleine rentrée sociale.

Adressant d’emblée un message à la jeunesse, M. Belabbas fait le trait d’union entre les différentes générations de militants qui continuent à demeurer la force incontournable du parti. « Je sais que l’essentiel des militants qui ont fait la force de ce glorieux parti par le passé continueront d’agir avec vous, de réfléchir et débattre ,parce que pour eux, le RCD est avant tout une idée, un projet et l’espoir d’un avenir meilleur pour notre pays », annonce t-il dans son introduction avant d’ajouter que «  C’est la cohabitation entre génération de militants qui assure la continuité et c’est ce qui a, aussi, manqué à notre pays».

Évoquant la régression des libertés depuis «  le viol de la Constitution en 2008 », le président du RCD juge que « la répression opposée à l’action associative est désormais assumée au plus haut niveau de l’Etat » et d’appuyer son propos par le contenu du nouveau plan d’action d’Ouyahia, en déclarant que « le gouvernement cherche à rendre systématique le refus d’autorisation aux manifestations publiques par la caution d’une majorité parlementaire aux ordres ». M. Belabbas voit que cet acharnement à museler la société ne peut trouver de réponse qu’à travers la résistance citoyenne. Rappelant la mobilisation d’Aokas il déclare que « c’est un message de résistance et une leçon citoyenne qui atteste de l’impact de l’action solidaire quand des acteurs militants de tous les bords fédèrent leurs énergies ». Pour les futures échéances électorales, le président du RCD ne se fait aucune illusion en accablant l’instance de Derbal qu’il considère comme ayant déjà joué «  le rôle d’un organe de sous-traitance du ministère de l’intérieur lors des dernières élections législatives ».

Dans son analyse des derniers événements intervenus sur la scène politique nationale avec la relance médiatique de l’application de l’article 102 de la Constitution, le responsable du RCD et député d’Alger, rappellera sa déclaration de 2012 où il avait indiqué, à propos de la santé du Chef de l’Etat que « son état de santé, qui n’est pour l’excuser, le rend incapable de gouverner … », et de préciser, à la faveur des récentes évolutions, « que si destitution, il y a, elle doit s’accompagner d’une mise à plat du système électoral, faute de quoi, nous aurons un nouveau parrain désigné par les mêmes marionnettistes ». Mohcine Belabbas précise davantage sa position « Non, le problème n’est pas seulement dans le feuilleton de l’interminable déchéance physique du chef de l’Etat. Ce n’est pas non plus un problème conjoncturel de vacance de pouvoir. Il s’agit d’un problème structurel dans le processus de décisions à tous les niveaux, de mécanismes de représentations sociale et politique des citoyens, de légitimation démocratique des institutions, de refondation des dispositifs de médiation politique et d’alternance transparente au pouvoir et qui ont fini par conduire à un déficit de vie politique et un désintérêt des citoyens de la chose publique. Plus que jamais, la construction institutionnelle et administrative doit être repensée dans son ensemble ».

Invoquant le feuilleton ayant concouru au rappel d’Ouyahia comme premier ministre, le premier responsable du RCD affirme « La nomination/renvoi de Monsieur Tebboune du poste de premier ministre indique que le système n’est pas à la recherche d’une orientation politique conforme aux aspirations de la majorité mais toujours dans une phase de reconstruction de ses équilibres internes », avant d’ajouter que « Choisir ou soutenir une faction contre une autre c’est semer des illusions que le changement est possible sans la mobilisation et le combat ».

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :