Ouyahia veut instruire les banques pour « légaliser » l’argent des affairistes islamistes

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Par Ouamar Saoudi

Tout est licite  pour renflouer les caisses de l’Etat et continuer à leurrer les citoyens sur les capacités du pouvoir à empêcher une faillite du pays dans le sillage de celle de sa  gouvernance. Il n’est pas, pourtant, très loin le temps où Ouyahia  version 2010 et Sellal en 2014 et 2015  claironnaient  que la politique du « père éclairé de la nation » a évité au pays d’être touché par la crise financière mondiale de 2008 et que l’ambition de l’arrimage rapide au pôle des pays émergents reste intacte.

Mais le 21 septembre dernier c’est un Ahmed  Ouyahia imbu de toute sa haine envers  ceux qui n’ont  pas cessé, pendant  15 ans, d’alerter que le pouvoir fait fausse route avec la politique de l’achat de la paix sociale et des consciences qui s’est présenté à l’APN. Dans ces conditions, il ne lui suffit pas  simplement de réaffirmer, une fois de plus,  le rôle de valet de service. Encore faudra t-il être en capacité de jouer sur la frontière de l’insulte et de la charge politique ou bien de l’accusation/ encensement et de la dérive éthique.

Ce jour là Ahmed Ouyahia, premier ministre en poste,  était bien en dessous d’Ouyahia SG du RND pour en définitive mettre l’habit d’un vulgaire « chef de clan » comme il a été qualifié par le président du RCD, Mohcine Belabbas.

Parmi les inepties, il est vrai, inhabituelles du premier ministre son développement sur la finance islamique est stupéfiant. Il a tout simplement plaidé pour la transformation des banques publiques pour qu’elles puissent répondre aux normes de la finance islamique. Usant de raccourcis, il fait le parallèle entre les dispositifs sophistiqués d’institutions financières françaises (toujours le même pays en  exemple, en bien ou en mal) pour capter l’argent des pays du Golfe pour s’exclamer « pourquoi pas nous, nous sommes en plus musulmans ».  Démagogie quand tu nous tiens ! Comme si l’argent se soucie de la couleur religieuse en s’investissant dans les clubs de Football et dans la grande distribution en Europe- la France est venue plus tard avec les accointances de Sarkozy et certains pays du Golfe comme les Qataris du PSG.

Ce n’est pas tout, le chef de file des Kabyles de service (KDS), perdant le sens de l’Etat assène un autre argument « comme cela, on va ramener l’argent de l’informel que  nos frères islamistes ne veulent pas introduire dans le circuit légal » ; c’est donc aux pouvoirs publics de s’adapter aux normes des affairistes hors la loi ! Passe sur le fait qu’Ouyahia reconnait implicitement ce que tout le monde sait : l’abandon par l’Etat de larges pans du commerce y compris extérieur aux barons islamistes qui ont émergé dans les années 90 sous couvert de réconciliation nationale.

En somme, après avoir constitué un frein pour le développement et le progrès, le système politique représenté par Ahmed Ouyahia  constitue aujourd’hui un danger pour le pays.

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :