Dimitri Medvedev à Alger : les médias privés et internationaux indésirables

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Lors de la visite du premier ministre russe Dimitri Medvedev, seuls les médias gouvernementaux ont été accrédités pour couvrir l’événement. C’est une décision de la présidence de la République répercutée par Algérie Presse Service (APS). Et il en fut ainsi, y compris à l’aéroport et lors de la conférence de presse commune que l’ex président russe a tenue avec son homologue algérien, Ahmed Ouyahia.

Cette « innovation algérienne », toute soviétique ou nord coréenne pour rester dans l’air du temps, a déjà été testée lors de la visite chaotique du président vénézuélien Nicolas Maduro en septembre à Alger.

« Les deux pays amis » comme le rappellent souvent les dirigeants des deux pouvoirs sont liés par un partenariat stratégique signé en avril 2001 à Moscou. L’Algérie est le troisième importateur d’armes russes, après la Chine et l’Inde. Les Russes visent à une coopération plus soutenue dans les domaines de l’énergie et de l’agriculture. Mais l’Algérie semble trainer en longueur dans tous les autres domaines en dehors de l’achat d’armes.

A titre d’illustration, un mémorandum sur le nucléaire a été signé en 2014, mais les discussions n’ont pas avancé d’un iota. Il était question que l’Algérie produise de l’électricité grâce à des centrales nucléaires avec l’apport de la Russie. Mais l’absence d’une vision stratégique fait que l’on décide une chose et son contraire au gré de la fluctuation des prix des hydrocarbures ou des rapports de force claniques.

En tout cas la Russie a fini par se tourner vers l’Egypte pour la construction d’une centrale nucléaire civile.
Lors de son point de presse, le Premier ministre russe a réitéré la volonté de son pays de « faire profiter Alger de son expertise dans le domaine du nucléaire civil ». Encore faudra-il qu’il y est des interlocuteurs pour l’entendre ; Ahmed Ouyahia est trop occupé à préparer la succession du chef de l’Etat pour s’appesantir sur des dossiers stratégiques pour le pays.
Après l’escale d’Alger, le Premier ministre russe s’est rendu au Maroc. Il a été reçu par le chef du gouvernement, Saadeddine El Othmani. Dimitri Medvedev devra superviser les travaux de la haute commission mixte entre les deux pays. A Rabat par contre, il aura à signer plusieurs accords de coopération en matière d’énergie, d’industrie, de tourisme et d’agriculture, selon les comptes rendus de presse.

Par ailleurs, la télévision algérienne a montré des images (50 secondes) de Dimitri Medvedev avec le Président Abdelaziz Bouteflika.

Rabah Saïd

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :