RACHID BOUDJEDRA : « KAMEL DAOUD est un ancien membre du GIA».

L’écrivain porte plainte pour diffamation

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans une lettre réponse envoyée à toute la presse, le célèbre journaliste et  écrivain Kamel Daoud annonce avoir porté plainte pour diffamation  contre Rachid Boudjedra. Ce dernier a accusé l’auteur de « Meursault contre-enquête » d’être un ancien membre du groupe islamique armé (GIA) dans son dernier livre.

Rachid Boudjedra, qui fait parler de lui ces dernières années, plus  par ses dérapages médiatiques que par ses romans, a, en effet, publié un pamphlet  intitulé « Les contrebandiers de l’Histoire », où il s’attaque à plusieurs écrivains. Parmi eux Yasmina Khadra, qui n’a pas manqué de lui apporter une réponse via sa page facebook,  en lui rappelant que pendant la décennie noire « il (Rachid Boudjedra) se terrait à Paris »  pendant que lui « menait une guerre atroce dans les maquis terroristes ».

Kamel Daoud, quant à lui, a décidé d’aller plus loin encore. « Une plainte a été déposée contre cet écrivain et son éditeur pour exiger réparation et excuses publiques », a écrit le lauréat du prix Goncourt du premier roman en 2015 dans un communiqué envoyé à la presse. Pour lui « Les habitudes virulentes de Rachid Boudjedra sont connues de tous, et nombreux ont été la cible des humeurs de l’écrivain ».

Mais il considère que cette fois-ci « il s’agit d’une diffamation grave, d’une insulte à ma personne, au père et au fils que je suis, à la mémoire blessée de ma génération ». Cela avant d’ajouter « lire dans un ouvrage publié que j’ai été très jeune membre du GIA ! Donc membre d’un groupe d’assassins qui a marqué au sang notre souvenir et nos corps, m’est intolérable et insupportable. Parce qu’il s’agit d’un groupe d’assassins, parce que cela nous a coûté une décennie de massacres, parce que beaucoup ont été victimes de ces meurtriers. S’amuser avec ce sigle pour régler ses rancunes n’est pas une insulte à ma personne, mais à nous tous ».

Nous rappelons ici que Rachid Boudjedra a défrayé la chronique il y a quelques mois  lorsqu’il a été piégé, dans une caméra cachée, par la chaîne de télévision Ennahar TV. Il a même bénéficié  du  soutien du  frère  du chef de l’Etat, Said  Bouteflika.

Samir Houali

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :