Tayeb Louh fustige Farouk Ksentini

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Tayeb Louh, ministre de la justice, a été hier l’hôte de la commission des affaires juridiques de l’Assemblée nationale. Le ministre de la justice y a, en effet, présenté le projet de loi organique modifiant la loi organique relative aux compétences, à l’organisation et au fonctionnement du Conseil d’Etat.

Profitant de cette tribune, le garde des sceaux a disserté pendant près deux heures sur les réformes introduites dans son secteur en vantant son apport personnel et en retraçant son parcours politique depuis les années 80. Par la suite, il s’est violemment attaqué pendant près d’une demi-heure à Farouk Ksentini, ex président de la commission nationale consultative de la promotion et de la protection des droits de l’Homme, sans le citer nommément. Faisant allusion aux dernières déclarations à la presse de Ksentini, Tayeb Louh, très remonté, a déclaré qu’oser critiquer une décision de justice rendue par une juridiction constitue une infraction passible de poursuites judiciaires. Il a même insinué que le ministère public pourrait exercer son droit d’auto saisine.

Pour rappel, Farouk Kssentini a déclaré que les décisions de justice sont rendues de manière « arbitraire » et qu’il y a un usage abusif du mandat de dépôt. Farouk Kssentini qui nous a habitué à un discours lénifiant à l’égard du système du temps où il présidait la commission nationale des droits de l’Homme, a en effet, opéré un virage à 180 degrés depuis qu’il a été  remercié .

Cette sortie du ministre de la justice a étonné les députés présents aux travaux de la commission car sans aucun lien avec l’objet de l’audition.

Par ailleurs, le garde des sceaux a plaidé pour un maintien du projet de son secteur arguant que cela constitue une simple mise en conformité technique des nouvelles dispositions contenues dans l’article 142 de la dernière constitution. Ecartant d’un revers de main les propositions d’amendements développés par des députés de l’opposition, il refuse toute retouche venant de l’Assemblée nationale.

Naouel Merzouk

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :