Entretien avec Maître Djamel Benyoub, tête de liste RCD pour l’APW de Bejaia

L’APW de Bejaia est prise en otage

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Qui est Maitre Djamel Benyoub?

Benyoub Djamel, 47 ans, je suis marié et père de 04 enfants, avocat de profession, agréé à la cour suprême. J’ai une société de conseil composée de 03 avocats dont deux dans le cadre « Cabinet groupé ». Mon parcours professionnel se résume en la défense de citoyens ou groupe de citoyens, à l’image des détenus du Mouvement Citoyen de 2001 ou alors les détenus du M’Zab, comme nous avons eu à défendre les citoyens arrêtés lors des événements survenus en Kabylie en 2011. Au sein de mon parti, le RCD, je suis secrétaire national chargé des affaires juridiques, j’ai adhéré très tôt au RCD c’est-à-dire dès l’année 1989 et j’ai fait un mandat au sein de l’APW de Bejaia (2012- 2017). Voilà très brièvement mon parcours professionnel et politique et aujourd’hui, j’ai l’honneur de mener la liste du RCD à l’APW de Bejaia.

Parlons justement de cette liste que vous pilotez Maître. Que proposez vous de nouveau ou de mieux à la population ?

Vous savez qu’au sein du RCD, le langage de vérité est une règle et de ce fait, nous faisons la promesse que tous les candidats de cette liste défendront les droits des citoyens où qu’ils se trouvent. Je tiens aussi à dire que nous avons un programme que nous appliquerons à la lettre et les populations nous jugeront sur nos actes ! Nous serons conformes à nos statuts c’est-à-dire que nous serons une APW souveraine, une APW délibérante, une APW qui contrôlera toutes les actions de l’exécutif; en d’autres termes, tout se fera dans notre wilaya, en toute transparence, sans aucun favoritisme ou parti pris. Nous donnons la promesse à toute la population de notre wilaya que nous ferons cesser la gabegie qui prévaut; ce laisser aller et cette volonté de mettre à genoux notre glorieuse wilaya ! De même, nous ferons en sorte que ceux qui veulent apporter un plus à nos populations soit bien accueillis, accompagnés et se sentent chez eux. Ce sera un devoir moral de redorer le blason de Bejaia que beaucoup tentent de ternir. Pour terminer, je tiens à rassurer nos APC, toutes nos APC, notre tissu associatif (représentatif) ainsi que notre population que nous travaillerons en étroite collaboration avec tout le monde.

Venons maintenant à l’état des lieux de notre wilaya où la situation n’est franchement pas réjouissante. Qu’est ce qui a fait que la wilaya de Bejaia soit aujourd’hui dans cette situation que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier d’apocalyptique ?

Pour expliquer cette situation apocalyptique comme vous dites, il suffit tout simplement de faire une petite rétrospective des projets structurants qui sont tous, absolument tous, à l’arrêt, jugez en :
Le stade de 50.000 places promis à Bejaia et dont on ne cessait de parler à chaque passage d’un officiel ici, est devenu chimérique.
Le dédoublement de la voie ferrée Bejaia- Béni- Mansour n’est plus à l’ordre du jour.
Le CHU (Centre Hospitalo- Universitaire) est jeté aux oubliettes bien que Bejaia reste la seule et unique wilaya où cette infrastructure n’existe pas !
La pénétrante (que j’appelle ‘’Projet du siècle’’) n’est toujours pas prête d’être achevée. Quel est le service de la wilaya qui pourrait avancer une date pour sa réception définitive ? On nous la livre par morceau de quelques kms par an !
Si on ajoute à ce sombre bilan, le fait que l’on bloque (et que l’on sabote délibérément) un des fleurons de l’industrie algérienne, à savoir Cevital, qui, pour votre information a généré plus de 10.000 emplois directs et indirects, on déduira que le pouvoir central veut casser cette wilaya, il veut la désertifier, rien de moins !
Nous nous sommes rendus à cette évidence ces 5 dernières années qu’a duré notre mandat au sein de cette APW croupion où nous n’avons pas cessé de dénoncer tous ces dépassements ! Mais hélas, la troïka qui est la tête de cette institution sert de faire valoir à toutes ces exactions. C’est une prise d’otage caractérisée qui est opérée par ce triumvirat !

Pourtant, cette assemblée est sensée être un organe de contrôle justement non ?

Si on se réfère aux prérogatives, oui, l’APW est une institution élue qui sert à contrôler l’exécutif. Elle doit veiller au bon fonctionnement de toutes les directions de la wilaya de façon à ce que le citoyen soit bien le bénéficiaire de tous les projets qui programmés. Le rôle de wilaya est aussi de vérifier que le chapitre 914, relatif aux aides et subventions à tout le tissu associatif que compte la wilaya, est bien réparti entre les différentes associations qui activent  effectivement sur le terrain et non dédié à la clientèle de ce même exécutif. Ce n’est, hélas, pas le cas chez nous. L’assemblée aujourd’hui dominée par la troïka FFS/FLN/RND est devenue un allié de cet exécutif qui use et abuse des deniers de l’Etat à sa convenance et pas selon les besoins de nos villes et villages ! Les exemples ne manquent pas, nous en avons parlé à maintes reprises et nous en reparlerons encore ! Quand on voit que certains villages en sont à leur 4e année d’attente pour un branchement en gaz naturel et que ceci n’inquiète nullement ceux qui sont sensés terminer ces projets, on mesure l’ampleur du drame que vivent nos populations.

Vous parlez de prendre ces décisions, qui semblent, à première vue, spectaculaires, comment allez-vous vous y prendre sachant que l’Etat, en la personne du wali, aura aussi son mot à dire ?

J’ai déjà eu à expliquer le rôle d’une Assemblée Populaire de Wilaya, qui est un organe élu, délibérant mais aussi et surtout, a vocation à être un organe de contrôle des actions de l’exécutif. Pour votre information, nous sommes, l’une des très rares wilayas, où le taux d’avancement de la majorité des projets que compte Bejaia, n’excède pas les 30%. Si on ajoute à cela, comme je l’ai dit plus haut, les blocages que subissent beaucoup d’entreprises à l’exemple de Cevital ,blocage dû à une décision politique quand nous savons qu’ailleurs et pour le même projet que celui de Cevital, l’on offre toutes les facilités, et les entreprises en charge du projet de raccordements de certaines de nos communes qui, 4 ans après les lancements des travaux n’en sont qu’à 30 ou au mieux 40% de réalisation, pendant qu’ailleurs les projets atteignent 80% et plus, on mesure l’ampleir de la démission de la troïka.

Donc, à travers ces exemples et si nous avions une APW forte de par ses prises de positions, croyez moi, les directeurs et autres responsables feront en sorte que les projets arrivent à terme et dans les délais fixés et le wali ne pourra qu’approuver le bon sens. Je suis déjà élu de cette APW et je discute beaucoup avec certains présidents d’associations. Ce sont, pour l’écrasante majorité, des hommes et femmes de terrain, ce sont des bénévoles, figurez vous que la plupart de ces associations n’ont jamais bénéficié de subventions de la part de cette APW. Nous avons dénoncé ces injustices mais l’actuel exécutif APW continue de bafouer les lois; il persévère dans ce déni de justice préférant alimenter ses clientèles en échange de services rendus, nous disons barakat !

Durant ces deux derniers jours l’APW a eu à prendre des décisions importantes, notamment en ce qui concerne le mouvement associatif, pouvez vous nous en parler ?

Oui justement, nous nous sommes réunis en cession ordinaire pour voter le BP (Budget Primitif) et dans ce BP, le montant alloué au fameux chapitre 914 (aides et subventions au mouvement associatif) peut paraitre faramineux : 100 Milliards de centimes. C’est sur ce chapitre et bien d’autres que nous avons demandé une commission d’enquête sur la gestion de ces sommes colossales (que le FFS et ses associés ont refusé) car de notre point de vue, il est inacceptable de ne pas faire associer les principaux concernés lors des attributions d’un quelconque budget à savoir les collectivités locales et les représentants du mouvement associatif. Ces attributions s’apparentent à des financements de captation de voix à la veille d’élections locales. Nous avons réussi au RCD à faire participer le citoyen dans la gestion des collectivités à travers ce qu’on appelle le Conseil Participatif; nous ferons la même chose au niveau de la wilaya, c’est cela la transparence ! Je rappelle que lors de cette cession, les élus FFS étaient absents, ils assurent pourtant la présidence de cette assemblée !

Vous avez un programme qui demande de gros moyens, d’où pensez-vous les puiser ?

En plus du produit de la rente qui doit être équitablement partagée entre toutes les wilayas, nous misons sur la revalorisation de deux secteurs importants dont la nature a doté notre wilaya : le tourisme et l’investissement productif. Notre région dispose de montagnes et d’une côte très prisée par les estivants, ceci pourrait être une ressource non négligeable pour peu que nous donnions les moyens aux professionnels de ce secteur. Nous avons également un port ouvert sur le monde ou des flux très importants transitent. Ne serait-il pas judicieux de créer des ports secs pour permettre le désengorgement de ce port afin d’assurer une grande fluidité de ce dernier ? En parallèle, nous avions parlé plus haut d’attirer des investisseurs et leur assurer toutes les commodités au lieu de chercher à les faire fuir comme cela sa fait maintenant ! Cela sera d’un grand apport pour nos collectivités côtières et rurales. Le domaine de l’agriculture a un grand besoin d’être boosté car si ailleurs, on en est à tester l’oléiculture, que faisons-nous, nous qui possédons des terres prédisposées pour ce genre de culture ? Pourquoi cette APW n’aide pas nos fellahs dans les domaines dont ils sont spécialisés ? Maintenant, concernant les moyens pour cette politique d’aide tout azimut, je vous répondrais que nous avons d’abord un budget propre et je vous ai cité une somme colossale dans un seul chapitre et puis aussi et surtout vous savez tout comme moi que les recettes générées par le port de Bejaia ainsi que les fiscalités (impôts directs et indirects) suffisent au développement de notre wilaya, mais pour cela, il faudra voir où vont ces recettes et comment sont elles dispatchées et c’est là la clé de la réussite !

Maitre Benyoub, vous qui êtes un élu, avez-vous une idée sur cette mauvaise gestion et donc sur ces dilapidations de l’argent du contribuable ?

Je vais vous citer un seul point où les dilapidations sont légions et dont le Président de notre parti a parlé lors de sa tournée estivale à travers la Kabylie : La rénovation et l’entretien des édifices et demeures de l’Etat (entre autres celles affectées aux chefs de daïra et celles mises à la disposition du wali) coûtent chaque année des sommes colossales, n’est-ce pas là un non sens à partir du moment où on appelle le citoyen à se serrer la ceinture plus que par le passé (austérité oblige,nous explique-t-on ) ?

Avec cette profusion de listes à ces élections locale et wilayale, quelles sont les chances du RCD notamment avec cette liste pour l’APW de Bejaia que vous avez l’honneur de piloter ?

Très franchement, je n’ai jamais été aussi optimiste pour mon parti comme cette fois ci. C’est vrai que nous avons eu dans certains endroits de la wilaya quelques difficultés à confectionner nos listes mais ceci n’est pas propre au RCD, il est légitime que les militants aient des ambitions surtout chez nous où les compétences sont légions, mais je pense sincèrement que 2017 sera meilleure que 2012 car nous nous préparons dans la sérénité et nous avons présenté plus de listes qu’en 2012 (38+ 1 APW contre 34 + 1 APW en 2012). Ajoutez à cela les fiefs traditionnels du parti où nous consolidons nos acquis., Bien que le pouvoir tente toujours de brouiller l’enjeu en le parasitant avec des listes « mercenaires » où l’argent prend des proportions alarmantes et où les accréditations et parrainages sont donnés sans compter, notamment par le RND, ( ce n’est pas notre cas bien que nous pouvions avec de tels procédés être présents à travers les 52 communes que compte la wilaya et à travers le territoire national), nous savosnque nous avançons avec des candidatures crédibles et loyales. Notre premier critère pour postuler est : être militant ou dans des cas particuliers sympathisant. Pour ces derniers, il faut qu’ils s’inscrivent dans la ligne et le projet de société du RCD. Nous restons optimistes quant à l’issue finale de ces joutes. Cela étant, je redis qu’à travers toutes nos sorties sur le terrain, nous avons été non seulement bien accueillis par les populations mais en plus elles nous ont assurés de leur total soutien.

Un phénomène nouveau tend à se généraliser dans notre wilaya, il s’agit du parrainage de listes d’indépendants par des partis politiques inexistants auparavant et qui, aujourd’hui, en sont à se disputer leur part de cette wilaya jadis fermée à toute sorte de compromission, quelle lecture en faites vous ?

C’est, effectivement un phénomène nouveau et toute la responsabilité incombe au pouvoir qui veut atteindre là un double but : polluer la scène politique locale en exigeant des citoyens un nombre déterminé de signatures d’électeurs que ces citoyens n’arrivent pas à avoir et ils se retournent donc vers cette forme de parrainage. Deuxièmement, cela vise à dérouter l’électeur qui ne se retrouve plus dans cette surenchère électoraliste où les promesses les plus farfelues pleuvent ! Nous savons qu’un des partis au pouvoir parraine à tout bout de champs puisqu’il n’arrive pas à mobiliser et c’est là tout le drame de notre pays : Des personnes essaient de bâtir à partir du mensonge si bien que les jeunes se bousculent dans le CCF (Centre Culturel Français) !

Le mot de la fin Maître Benyoub…

Personnellement, je suis confiant, confiant parce que nous avons montré de quoi nous sommes capables à travers notre gestion des collectivités locales, confiant aussi parce que nous avons été et serons toujours aux côtés de nos concitoyens, confiant enfin parce que nos programmes et notre projet de société épousent totalement les aspirations de nos populations, nous sommes fiers de cette région généreuse dont nous faisons partie ! Merci à vous.

Juba C.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :