Un général accusé de corruption, se suicide !

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un haut responsable militaire accusé de corruption, s’est suicidé dans la nuit du 28 novembre 2017, en se pendant à son domicile.

​Pas de panique, cela ne s’est pas passé chez nous, et c’est pas pour demain. Car hormis les responsables politiques et militaires qui ont été suicidés entre Tunis, Paris, Madrid, et Frankfurt, après l’indépendance, aucun Algérien haut placé pris la main dans le sac, n’a osé commettre ce geste déclaré haram par la juridiction islamique.

​Ceci dit, ne croyez pas que c’est l’Islam qui les empêche de se suicider. C’est le non courage de se regarder dans la glace. C’est la cupidité pendant qu’ils osent donner des leçons de patriotisme et de famille dite révolutionnaire. Imaginez un ministre saluant son enfant et ne pas embrasser sa femme avant de se rendre au boulot. C’est à peine s’il lui laisse quelques billets pour envoyer le coursier aux achats quotidiens après avoir recommandé au second chauffeur de donner un coup de peau de chamois à la deuxième voiture non payée.
​Comment un tel responsable peut-il penser à se suicider puisque l’Algérie lui appartient ? Les cordes, il les utilise pour pendre quatre à cinq moutons égorgés le jour de l’Aïd El Adha après une virée hadjiste payée par l’Etat et le contribuable.
​Aspergé d’After Shave, il s’en ira roupiller aux différentes réunions hautement importantes pour l’avenir de l’Algérie. Impossible donc de se suicider quand on dort si bien et que l’on sait que le pays dépend d’une décision handicapée ou d’un changement de gouvernement portant le slogan de l’éternel recommencement.
M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :