RADIOSCOPIE ÉLECTORALE N°1 EN KABYLIE

FLN : FIN DE VIE DIFFICLE

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Comme annoncée dans notre édition du 2 novembre, nous entamons à partir d’aujourd’hui une radioscopie des différentes formations engagées en Kabylie. Tous les trois jours sera exposée une brève analyse d’une liste électorale. Nous entamons ces présentations par l’ex-parti unique.

Les listes du FLN en Kabylie sont à l’image du parti. Vieilles, divisées et peu crédibles. Leur visibilité, quand elle est  perceptible, sent la naphtaline. Généralement  un vieux maquisard sous-louant une ligne de transport  ou une licence de débit de boissons alcoolisées bénit quelques bénéficiaires des seconds cercles, lesquels essaient d ‘expliquer que Bouteflika va toujours  s’occuper des pauvres et de «  la famille révolutionnaire ».

Après une semaine de campagne, on n’a pas  vu un programme, pas un flyer. Même l’affichage est discret et les légendaires sonos des kasmas qui concurrençaient celles des mosquées se sont tues.

A Bouira la visite d’Ould Abbas a encore plus éparpillé les rangs du FLN et des familles décimées par l’armée coloniale, dont une bonne partie des survivants vivent encore de pensions et autres avantages matériels dispensés par l’administration, font allégeance à d’autres tutelles comme el Mousatqbel qui revendique ouvertement sa proximité avec les services spéciaux ou des « indépendants » qui se prévalent du soutien d’un officier de l’armée ou d’un retraité de la haute fonction publique. C’est le cas notamment à Taqerboust et Amal, situé à la sortie ouest de Lakhdaria.

A Tizi Ouzou, Lakhdari ne parvient plus à attirer les grands commerçants, concurrencé qu’il est par les réseaux de Haddad qui n’a pas pardonné l’élimination de son frère lors des dernières législatives. Même le  malin Ould Ali Lhadi, responsable perpétuel du comité de campagne de Bouteflika, président d’honneur du FLN, ne cache plus ses penchants pour  le RND.

A Bejaia ville, fief historique du FLN,  les choses ne sont pas plus réjouissantes. Les fuites concernant les malversations de l’exécutif de l’APC sont organisées de l’intérieur même des rangs de l’ex parti unique.

Reste le potentiel des voix des militaires…Cela suffira-t-il  à maintenir en survie ce qui, à l’instar de son chef, s’apparente à un cadavre politique ?

Akli Rahmoune

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :