BGAYET: LE RND VIOLE ENCORE LA LOI

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les citoyens de la commune de Souk El Tenine ( Bgayet ) ont assisté aujourd’hui ébahis à une scène de provocation et de piétinement des lois de la république par le Rassemblement National Démocratique (RND).

En effet, la population de cette commune martime de la wilaya de Bgayet s’est réveillée ce matin, premier jour du silence électoral imposé par la loi, agressée par un affichage annonçant la tenue d’une rencontre citoyenne qui sera animée par les candidats du RND à l’APC ainsi que leur député, au village LOTA. Cette volonté de violer la loi ( notamment les articles 173 et 174 du code électoral) par ce parti est une preuve flagrante du double discours de son chef qui n’est autre que le premier ministre qui invite ses militants à bien surveiller les urnes pour empêcher la fraude lui qui en est l’illustration la plus détestable.

Le RCD réagit :

Du côté des partis politique, le RCD a immédiatement réagi. Contacté par nos soins, le président du Bureau régional du RCD de Bgayet nous informe que son parti a saisi la Haute Instance de Surveillance des Elections ( HIISE ) dès la diffusion de l’affichage, tout en l’avisant des dépassements que peuvent engendrer de pareils comportements.

La HIISE prend acte :

Nous avons appris aussi de sources crédibles que l’instance de M. Derbal a saisi les concernés et les a informés de l’interdiction de mener campagne pendant au delà de la période dédiée et instruit les contrevenants d’annuler leur meeting.

Signalons que le parti d’Ahmed Ouyahia n’est pas à sa première violation de la réglementation lors de ces élections. ON sait que e RND a déjà présenté la candidature du présumé assassin du militant Ali Mecili dans la commune d’Aït Rzine, et qui continue toujours sa provocation et intimidation de la population en procédant à l’affichage de sa liste malgré le rejet de sa candidature.

Ces coups de force et usages de toute sorte de moyens illicites s’inscrivent dans la stratégie d’implantation sauvage de ce parti qui se veut une espèce de prolongement de la gestion autoritaire des affaires de l’État. Si les réactions nationales contre ces abus sont timides ou décalés, en Kabylie, les dénonciations sont immédiates.  La région est connue par sa résistance et son opposition historique. C’est dans cette région que le sang des 127 martyrs assassinés lors du printemps noir de 2001 n’a pas encore séché. A l’époque  l’actuel patron du RND était ministre de la justice.

Rabah Kacimi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :