Les Algériens vont ailleurs mais refusent aux Nigériens de venir chez eux

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un taximan fut outré que mon fils a, à un embouteillage, donné 100 Dinars à une noire qui pouvait être syrienne, Malienne ou Nigérienne. Bref, en les lui donnant, il n’a pas cherché à connaître sa nationalité.

​Alors que des milliers d’Algériens pickpockets vivent en France, en Espagne et en Italie sans aucune régularisation, avec un quotidien fait de rapines et d’escroqueries, des milliers d’habitants des pays du Sahel travaillant « Illégalement » dans nos chantiers et découvrent les délices d’une Algérie, pays transitoire vers des cieux plus cléments.

​L’Etat algériens a trouvé la parade en les renvoyant vers leur pays d’origine par camions militaires sans demander combien ils étaient payés et si les Algériens les avaient déclarés à la CNAS.

​Ce n’est pas du racisme, c’est juste une erreur d’appréciation car un jour j’ai demandé à un certain Dida Badi, enseignant émérite de tamazight à l’université de Tizi Ouzou, qu’elles étaient ses origines. Il m’a alors répondu sur un ton quelque peu agacé, « je suis presque Africain et entièrement Amazigh »

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :