Bejaia: Grandiose marche de la Coordination Locale des Etudiants (CLE)

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ils étaient de milliers entre étudiants, personnalités civiles et simples citoyens (30.000 selon les organisateurs) à battre le pavé en cette matinée du 11 Décembre pour dire leur rejet de la nouvelle loi de finances et surtout pour exiger la prise en charge effective de la langue amazigh au lieu de cette institutionnalisation « qui est beaucoup plus de la poudre aux yeux » qu’une décision responsable et valorisante de cette langue et culture qui constituent le socle premier de la nation algérienne.

La longue procession s’ébranlera avec pratiquement 1h de retard du fait de l’arrivée tardive des étudiants venant d’Aboudaou. On apercevait dans la foule compacte des figures connues sur la scène culturelle locale tels Boudjemaa Agraw, Kader Sadji du Café Littéraire de Bejaia, Mourad Bouzidi porte parole du Comité de soutien des travailleurs de Cevital, Rachid Hitouche journaliste et écrivain ou encore Rachid Saou, professeur à l’université Abderahmane Mira de Bejaia.

Les slogans traditionnels furent remis au gout du jour et le pouvoir en a pris pour son grade. Les étudiants, très organisés, entonnèrent les traditionnels « M- ulac Tamazight, Ulac, ulac, ulac… », « Assa, azeka, Tamazight thela, thela », « Nous ne sommes pas des Arabes, Tamazight di lakul » et pour rester dans le ton  »Rendez nous l’Algérie ».

Dans une très belle ambiance, le trajet Targa Ouzemour- Place de la liberté Said Mekbel se fera dans la joie, la bonne humeur et la détermination.

Sur la célèbre placette (Trop petite pour la marée humaine), une seule prise de parole d’un étudiant ( Makhmoukh Ouali) au nom de tous les collectifs estudiantins réunis sous le  »Comité Local des Etudiants (CLE) » qui se contentera de quelques mots de remerciements  »A toutes celles et tous ceux qui ont répondu à l’appel du CLE, nous venons de démontrer (Encore une fois) notre attachement à cette identité et cette culture ancestrales mais pas que car cette  c’est aussi une marche pour dire notre rejet de cette loi de finances qui réprime un peu plus le peuple dont nous sommes partie prenante ! Nous voulons une prise en charge effective de notre langue, une vie digne et égale pour tous les citoyens, marre de ces fuites en avant. Merci à toutes et tous pour ce sublime message lancé à partir de l’antique Bgayet ! »

Une marche, composée essentiellement d’étudiants sera improvisée dans le sens inverse place Said Mekbel- Targa Ouzemour. C’est dire l’extraordinaire engouement qu’aura suscité cette démonstration de rue !

Juba C.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :