Important arsenal de guerre au siège d’un Ministère !

​Comment voulez vous qu’on croit aux promesses et au verbiage de nos responsables ? Un ex ministre des affaires religieuses, ayant été découvert avec un armement de guerre stocké chez lui, a déstabilisé le juge en exhibant en plein procès une autorisation de port d’armes dûment attestée par qui de droit. Qui croire ? Le procès reprendra au lendemain de la visite de Macron en Algérie. Quel rapport, pourtant il y en un Mitterrand, signataire et responsable de l’application des pouvoirs spéciaux durant la guerre de libération, n’avait-il pas déclaré à la face de Chadli Bendjedid que le FIS avait droit à la main mise sur les législatives ?

​Donc on peut craindre que ce jeunot de l’Elysée exige l’armement légitime de tout le ramassis des ex-terroristes car cela était peut-être une des conditions de la réconciliation nationale. Comment peut-on accepter qu’un maquisard des hauteurs de Jijel devienne conseiller auprès de la Présidence ? On peut bien fermer les yeux sur un Saïd, sur un Bouleslévres, sur un Chakib, mais pas sur quelqu’un qui a enfourné des bébés, violé et engrossé des femmes kidnappées.

​Qui nous dit, dès lors, qu’aujourd’hui on n’a pas de ministres aux élans terroristes ? Devrait-on dire Dieu merci, on a eu les années 90 qui nous ont empêché de passer par les fumeuses révolutions arabes et connaître le sort de la Syrie et de la Lybie ? Remarquez cela n’aurait peut-être pas été si mal de fourguer quelques uns de nos ministres au marché des esclaves…

M. Kassi

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :