INCROYABLE MAIS VRAI : L’ALGERIE SOUTIENT LE PAIN CANADIEN

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ce n’est pas une blague. Au moment où nos boulangers, étranglés par une inflation galopante,  sont mis sous pression judiciaire pour avoir décidé de porter la baguette à 15 dinars, l’Algérie soutient le pain consommé par le citoyen canadien. Et de quelle manière !

Notre pays achète, en effet, au prix fort une bonne partie de son blé auprès d’un organisme public (  la commission fédérale du blé ) du Canada qui est un des plus grands pays producteurs céréaliers au monde.

Une fois arrivé chez nous, ce blé est subventionné par l’Etat avant d’être mis sur le marché.
Dans le cadre de «  la politique de diversification de nos exportations », le grain transformé en farine, est revendu, entre autre, sur le marché canadien à un prix dérisoire.

Sur les étals de Montréal, le prix de la farine « algérienne  Mama » est de cinquante centimes de dollar canadien. Sur le même marché, la farine produite au Canada à partir du même blé se paie deux dollars cinquante soit cinq fois plus cher que celle exportée d’Alger !!

Le différentiel de deux dollars par kilo dont bénéficie le citoyen canadien est payé par l’Etat algérien, c’est à dire le citoyen.

Cette aberration économique n’a pas soulevé la moindre protestation de l’administration fiscale ni d’ailleurs suscité le moindre article dans la presse nationale.

L’Algérie qui a toujours milité pour un nouvel ordre mondial reste fidèle à ses prétentions. Dénonçant les subventions consenties par les pays développés à ceux du Sud et refusant toujours les projets de développement initiés par les ONG, Alger inverse d’autorité la tendance, d’où notre soutien à l’indépendance alimentaire du pays de l’érable.

Et la dynamique ne fait que commencer. Après avoir volé au secours du panier de la ménagère canadienne et en pleine crise financière qui fait du recours à la planche à billet une gesticulation qui précipite le naufrage, Ouyahia vient de débourser généreusement plus de cent millions de dollars à la conférence Union Africaine-Union Européenne d’Abidjan.  Lors de la même rencontre, la participation de tous les pays européens réunis s’élève à…50 millions de dollars !

Seul retour sur investissement de ces folies dépensières, le pouvoir algérien peut en toute impunité réprimer les manifestations pacifiques, bourrer les urnes ou étouffer la presse privée par un octroi de publicité directement proportionnel au niveau de soumission des journaux. De tels privilèges ont un prix.

Rabah Ait Lounis.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :