MANIFESTATIONS EN KABYLIE : et maintenant ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Nul ne sait comment vont évoluer les manifestations spontanées qui secouent la Kabylie depuis maintenant une dizaine de jours. Déjà avancée, la comparaison avec avril 80 peut être aussi bien justifiée que rejetée.
Elle est justifiée car l’origine de la protestation est toujours la même : le refus du pouvoir de répondre sérieusement à un problème qui hante l’histoire algérienne depuis le début du mouvement national.
Elle est contestable car les cadres ( étudiants, enseignants universitaires, médecins ou syndicalistes ) qui ont encadré le printemps amazigh avaient été préparés par des années de luttes et de formation à se battre dans des situations politiques complexes. Cela leur a permis de sensibiliser puis d’associer la population de façon organisée. Jusqu’à maintenant, le mouvement actuel, exclusivement composé de jeunes, reste réactionnel, ce qui, à la longue, peut donner l’occasion à des manipulations du pouvoir comme cela s’est vu en 2001.
Deux bonnes nouvelles dans cette incertitude.
Les jeunes sacrifiés sur l’autel d’une arabisation forcenée ont pu trouver dans la toile, les partis, leurs relations familiales ou les réseaux associatifs des ressources et des capacités d’analyse qui les ont vaccinés contre l’emprise d’un enseignement destiné à généraliser l’aliénation arabo-islamiste.
Plus important, pour l’instant, les invectives et les surenchères semées par des groupes insidieusement infiltrés dans les rangs indépendantistes n’ont pas ( encore ? ) pourri les débats ni parasité la mobilisation.

Akli Rahmoune.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :