Organisation et surveillance des élections : Abdelwahab Derbal en apprenti en Tunisie

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwaheb Derbal entame, depuis ce dimanche, une visite de travail en Tunisie dans le cadre des concertations avec l’instance indépendante tunisienne pour l’organisation des élections. Cette visite, indique un communiqué de la HIISE, a pour but « d’enrichir l’expérience des deux parties en matière de surveillance des élections ».

Durant cette virée de trois jours, Abdelwahab Derbal rencontrera son homologue tunisien, Mohamed Tlili Mansri, président de l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE). « Cette visite tend à consacrer le principe de concertation et l’échange de vues à l’effet d’enrichir l’expérience des deux parties en matière de surveillance des élections, dans le cadre des intérêts des deux pays et des aspirations des deux peuples à une coopération fructueuse et   complémentaire », indique la même source.

Mais selon toute vraisemblance, le président de la HISSE se présentera en Tunisie beaucoup plus en apprenti, d’autant que ce pays a réussi, après des années de dictature, à mettre en place une commission indépendante d’organisation des élections qui a déjà à son actif trois rendez-vous électoraux réussis, dont une élection législative et deux présidentielle.

Pour ce succès, l’ISIE tunisienne a obtenu, conjointement avec trois autres organisations locales qui ont géré la transition démocratique en Tunisie, le prix Nobel de la paix en 2015. Abdelwahab Derbal aura, en effet, beaucoup à apprendre de cette expérience, d’autant plus que l’instance qu’il préside peine à surveiller des joutes électorales.

Créée en 2016 pour torpiller la demande de l’opposition, notamment du RCD, qui exigeait la création d’une instance indépendante de gestion des élections, la HIISE a supervisé déjà deux élections qui n’ont pas échappé au phénomène de la fraude. Pis encore, cette structure n’arrive même plus à faire entendre sa voix auprès des autorités, concernant notamment l’assainissement de la législation régissant les élections dans le pays.

Ayant demandé à maintes reprises la révision de la loi électorale et le nettoyage effectif du fichier électoral national qui est la source de toutes les fraudes qui entachent les différentes élections organisées dans le pays.

  Massinissa Ikhlef 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :