Secteur de l’éducation: La basse Kabylie sous pression.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Une grève en appelle une autre ! C’est encore parti pour des journées de troubles en basse Kabylie. Après le CNAPESTE (Conseil National Autonome du Personnel Enseignant du Secteur Ternaire de l’Education) qui ouvrira les hostilités dès le 27 Novembre en lançant un mot d’ordre de grève illimitée, suite à une plate forme de revendications non satisfaite, qu’il suspendra le 12 Décembre après une réunion des membres de wilaya avec les hauts cadres de la Direction de l’Education de Bejaia à l’issue de laquelle les deux parties se sont entendues sur un agenda élaboré en commun, agenda dont nous détenons une copie et où la DE  s’engage à satisfaire la quasi totalité des points inscrits sur cette plate forme et ce, en fixant des dates très précises. Les responsables syndicaux semblaient très satisfaits de la mise en chantier de certains points (Décisions mettant fin aux fonctions du chef de service du personnel, du chef de bureau du même service et du chef de service finances et moyens) et de la célérité dans le règlement d’autres points qui tardaient à être solutionnés. Ils restent, néanmoins, prudents et attendent des résultats effectifs pour les autres points en voulant surtout du concret sur les dossiers lourds tels les logements de fonction et d’astreinte. En tout ce seront 23 points qui devront trouver des solutions  à court terme (Avant le 1e Janvier 2018 sauf empêchements majeurs).

Avec la reprise des enseignants, ce seront les élèves de différents paliers qui reprendront le flambeau, d’abord à cause du refus de l’introduction de la demande du PT (Parti des Travailleurs) en commission de l’APN, d’un débat en plénière concernant la promotion de la langue Amazigh. Cette revendication s’est clôturée par une marche des plus réussie au chef lieu de wilaya où plus de 30.000 personnes se sont données rendez vous pour une grande démonstration de force.

Sur la côte Est, les villes de Souk El Tenine, Aokas et Tichy se sont mobilisés pour dire non à la reprise, à Bejaia et à l’exception du lycée Ibn Sina, tous les autres lycées ont fermé et à Ihaddaden on notera même des troubles plus ou moins graves (Jets de pierres), les lycée polyvalent (El Hammadia) et Les Oliviers débrayeront eux aussi sans incidents notables.

Plus au sud et à Seddouk, si au Primaire et Moyen, les choses semblent rentrer dans l’ordre, il n’en est pas de même pour les deux lycées qui ne veulent pas entendre parler d’une possible reprise avant la satisfaction de l’unique revendication que l’ensemble des lycées réclame: Report des compositions à l’après vacances d’hiver. Les représentants des élèves avancent l’argument de manque de temps pour les révisions suite à la grève du CNAPESTE. De ce fait, un rendez vous est fixé à tous les lycéens pour ce jeudi à la Direction de l’Education de Bejaia pour un sit in. On reviendra plus en détails sur ce débrayage  dans la journée.

Juba C.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :