Youcef Yousfi aux entreprises publiques : « débouillez-vous pour trouver des financements »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le désengagement de l’Etat des entreprises publiques se précise. Deux jours après la conclusion de la fameuse charte du partenariat public-privé (PPP), le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi invitent les entreprises en difficulté à chercher, elles-mêmes, des ressources pour s’autofinancer.

« Il faut trouver des financements en dehors des aides de l’Etat », déclare-t-il à l’occasion d’une réunion avec les différentes fédérations de l’UGTA, dont celles des textiles et cuires, de l’agroalimentaire, des Mines, des matériaux de construction, de la métallurgie et des hydrocarbures et de la pétrochimie.

Tentant de rassurer les représentants de ces organisations syndicales affiliées à l’UGTA qui a donné son quitus pour cette privatisation déguisé, Youcef Yousfi encourage ainsi les entreprises publiques « à nouer des partenariats avec des entreprises privés algériennes et étrangères sur des bases économiques saines et solides ».

« Les portes du ministère resteront ouverte pour le dialogue et l’écoute du partenaire social pour dépasser toutes les difficultés, améliorer le climat social et garantir la stabilité à l’intérieur des entreprises », déclare le ministre, cité dans un communiqué de son département rendu, public à l’issue de cette réunion.

Par la même occasion, le ministre fait une évaluation des filières relevant de son secteur qui avait déjà bénéficié de l’aide de l’Etat. Celles-ci, dit-il, ont réalisé une avancée. « Ces entreprises publiques économiques doivent fournir des efforts pour consolider leur présence sur le marché national et améliorer la qualité de leur production », lit-on dans le même document. « Il faut assurer corriger les dysfonctionnements dans le domaine de la pétrochimie en vue de diversifier l’économie nationale », soutient-il.

De nombreuses entreprises, dont la SNVI, l’ENIEM, l’ENIE et El Hadjar, avaient bénéficié, ces dernières années de plusieurs plans de relance de plusieurs milliards de DA. Mais, seules l’ENIEM et l’ENIE ont réussi à développer leur production et prendre quelques parts du marché national.

Massinissa Ikhlef   

 

 

 

 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :