Bouira, les Imams ignorent les instructions de leur ministre

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Des imams ont passé outre l’instruction du ministre des affaires religieuses, Mohamed Aissa, de consacrer le vendredi 01 yennayer 2968 (correspondant au  12 janvier 2018) à l’amazighité en général. En effet, au niveau de certaines  mosquées de la wilaya de Bouira, les fidèles, qui s’attendaient à entendre leurs imams parler de « la décision historique du chef de l’Etat », selon le contenu de l’instruction ministérielle datée du 07 janvier, ont été déçus et sont restés sur leur faim. Les principaux axes de ces prêches devaient « le renforcement des relations et des rapports entre les enfants d’une même patrie, relever la dimension amazighe de l’identité algérienne qui a une profondeur historique et civilisationnelle ». Toutefois, cela n’a pas été suivi par certains imams dont deux mosquées à At Laaziz, une dizaine de kilomètres au nord du chef-lieu de la wilaya de Bouira.

Le ministre des affaires religieuses, qui a instruit ses fonctionnaires officiellement n’a apparemment pas été entendu partout et le prêche de vendredi dernier n’a pas été consacré à l’amazighité. Il n’a donc été ni uni ni homogène puisque certains imams, qu’on qualifie de salafistes, ont parlé, à leurs ouailles d’autres choses que Tamazight et yennayer. Ce dernier, premier jour du nouvel an berbère étant consacrée comme fête nationale. Alors que cette journée  a été fêtée officiellement de Tizi Ouzou à Tamanrasset et de Tlemcen à Tébessa, certaines résistances continuent de s’exprimer et font fi de l’ordre historique et de la marche du peuple algérien vers la liberté et le recouvrement de son identité amazighe millénaire. « Tout le reste est littérature »  dixit Mouloud Mammeri.

 

                                                             Slimane Chabane

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :