Si c’est ça la Démocratie…

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Cela commence vraiment à trop bien faire. Pour profiter de la conjoncture perturbée du monde arabe, nos routes sont barrées par des galopins à la moindre distribution de logements. Il nous a fallu 12 heures pour faire Béjaïa – Alger en passant par des chemins de campagne à la nuit tombée en compagnie de femme et enfants en pleurs.

L’heure est apparemment à toutes les fermetures. Pour on ne sait quelle stupide raison, des parents d’élèves décident de fermer une école à Tizi Ouzou, comme si cela rendait service à leurs enfants. Des dizaines de présidents d’APC envisagent de fermer leur mairie comme s’il s’agissait de propriété privée. Des médecins, des pharmaciens dont les revendications peuvent s’avérer justes, tentent de fermer hôpitaux et officines. Des étudiants, jugeant qu’ils « étudiaient trop », aspirent à fermer leurs instituts et si possible avec leur Directeur qui ne doit pas avoir le droit d’être claustrophobe. Des ouvriers même relevant d’un secteur aussi sensible que l’Office national des explosifs, avaient déjà bloqué l’entrée de leur usine à Miliana.

Le chantier du tramway de Constantine a été paralysé par une grève pour exiger le départ de tel ou tel directeur.

Les robes noires d’Alger ont un jour boycotté l’élection du Conseil de l’Ordre des avocats.

Si ce n’était l’espace réservé à cette chronique, la liste de tous les « fermeurs », pourrait s’approprier tout un pupitre.

Si c’est cela la Démocratie, on laisse béton (soit, on laisse tomber) comme dirait le chanteur Ranaud.

M.KASSI

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :