Egypte: Sami Anan, un opposant potentiel à Sissi écarté

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’ancien chef d’état-major de l’armée égyptienne Sami Anan avait annoncé samedi son intention de se porter candidat à la présidentielle, quelques heures après la confirmation d’Abdel Fattah al-Sissi de sa volonté de briguer un second mandat.

Selon le communiqué de l’armée, la candidature d’Anan est une violation des lois et des règlements de l’armée car il l’aurait annoncée « sans obtenir la permission des forces armées (…) et sans prendre les mesures pour mettre fin à ses activités militaires » et que « Toutes les procédures judiciaires doivent être entreprises contre lui ».

De son côté le porte-parole à l’étranger de Sami Anan, Mahmoud Refaat a fait un appel « J’invite la communauté internationale à prendre ses responsabilités à l’égard de M. Anan notamment. La France, M. Macron, président, a reçu le dictateur égyptien, l’Allemagne reçoit le dictateur égyptien. Quelle attitude, quel comportement ! On finance, ici, en Europe le terrorisme représenté en Egypte par el-Sissi ».

Sami Anan avait déjà fait acte de candidature en 2014 avant de se retirer au profit d’Abdel Fattah al-Sissi, cette fois aussi, plusieurs personnalités ont renoncé à affronter le président estimant que les conditions d’une élection démocratique n’étaient pas réunies. Alors que le pays vit sous état d’urgence après plusieurs attentats extrêmement meurtriers et qu’au nom de la lutte contre le terrorisme, une féroce répression vise tous les opposants et défenseurs des droits humains.

Y.B

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :