Galou Lâarab Galou

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 C’est une pièce de théâtre de Abdelkader Alloula datant du début des années 1980 qui allait dans le sillage de celles de Kateb Yacine « Palestine trahie » et « La guerre de deux mille ans ». On y voit là toute la traîtrise des Etats arabes vis-à-vis de la cause palestinienne et la bassesse de leur comportement jusqu’au coup de poignard fatal d’Annouar Essadat avec les accords de Camp David.

De 1967 à 1973, ces mêmes Etats arabes avaient de multiples occasions de réviser leurs pages d’Histoire. Mais ils ne l’ont jamais fait. Pour la simple raison qu’ils ne voulaient pas le faire. Ils auraient pu prendre en main leur destin et être les premiers à décider du sort à réserver à Kadhafi et à tous les responsables des troubles qui ont secoué cette fameuse Nation arabe.

Non, ils n’ont pas bougé le petit doigt et ont attendu sagement que la France de Sarkozy et les « croisés » décident de frappes contre ce pays voisin pour faire semblant de se trémousser le postérieur poussant même le Qatar à se porter volontaire pour participer à ce qui ressemble comme deux avions bombardiers à la destruction et au génocide commis en Irak par les alliés Américano Européens.

Aux dernières nouvelles, les transactions financières pour venir en aide à la campagne de Sarko, n’étaient autres que l’œuvre d’un milliardaire libano-français et un proche mais alors très proche, du leader libyen qui venait se faire accueillir avec sa tente et son harem près des Champs Elysées.

Pendant ce temps, le financier préféré de Mouâamar,  Mr Djouhri, qui était, très proche de  Sarkozy se fait le grand pourvoyeur des fonds à destination de sa campagne électorale, puisqu’il n se gênait nullement de paraître aux côtés du roi de France. Peut-on dire que Kaddafi ignorait tout de ces manigances financières ? Absolument pas, puisque dès 2011, sentant l’assassinat de son père proche, Seïf El Islam fait une déclaration à la presse internationale dans laquelle il demandait clairement à être remboursé par la France.

Cette véritable damnation des Dieux qu’est le pétrole est donc une fois de plus  la raison de l’humiliation des Etats arabes. Lesquels étaient à ne pas en douter dans la poche de Sarko et…de ses financiers libyens. Alors, la trahison de Donald Trump devant celle des Etats arabes larbins, c’est du pipi de chat.

M.KASSI

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :