Médecins résidents: ça bloque au niveau de la commission sectorielle

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les médecins résidents refusent de baisser les bras. En grève depuis plusieurs semaines, ils décident de maintenir la pression pour la satisfaction de leurs revendications. Aujourd’hui, des milliers de médecins résidents ont participé à un grand rassemblement à l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger.

Malgré la présence impressionnante des policiers qui ont quadrillé tous les accès au CHU, les manifestants ont répondu massivement à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA).

Après avoir organisé une marche à l’intérieur de l’hôpital, les contestataires n’ont pas voulu quitter l’établissement hospitalier et ils se sont regroupés à l’entrée principale renforcée par un dispositif sécuritaire.

Parallèlement à cette action, les représentants du CAMRA ont claqué, ce matin, la porte de la commission sectorielle chargée d’examiner les revendications des résidents. « Nous nous sommes retirés de la réunion en raison de l’absence des représentants des ministères de l’Enseignement supérieur, des Finances et de la Fonction publique », explique Naili Amine, membre du CAMRA.

Selon lui, les discussions ont eu lieu avec les représentants du ministère de la Santé en l’absence du ministre qui se trouve à Cuba dans le cadre de la réunion de la commission   mixte algéro-cubaine.

Pour sa part, Mohamed Taileb, également membre du CAMRA, précise que la réunion a   évoqué en premier lieu le dossier du service civil dont les médecins exigent l’abrogation du caractère obligatoire. Selon lui, « les réponses des représentants du ministère de la santé n’étaient pas convaincantes d’autant qu’ils ont examiné une seule proposition parmi les 24 formulées ».

Selon les représentants du CAMRA, il s’agissait d’une manœuvre pour gagner du temps, ce qui « nous a poussé à nous retirer ».  Les médecins résidents, ajoutent-ils, ils ont décidé « de poursuivre leur grève et de boycotter les examens », tout en exigeant de « définir un agenda   clair pour toute réunion avec la commission sectorielle à l’avenir».

Dans une réaction en début d’après-midi, les responsables du ministère de la santé affirment « qu’ils sont incapables de satisfaire toutes les revendications ». « La satisfaction de ces revendications nécessite la révision de tout l’arsenal juridique en vigueur », explique le ministre, en annonçant la réduction de la durée du service civil. Un concession que le CAMRA rejette.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :