Plus de 5000 personnes ont participé : Grandiose marche des résidents à Oran  

Les manifestants, venus de plusieurs wilayas, ont marché sur près de 5 km

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les médecins résidents poursuivent leur lutte pour la satisfaction de leurs revendications. Après des marches organisées à Constantine et Tizi Ouzou, des centaines de personnes ont battu, aujourd’hui, le pavé à Oran avec les mêmes mots d’ordre concernant l’abrogation du service civil qui les oblige à exercer dans des zones parfois reculées au terme de leurs études.

Rassemblée dans la matinée à l’intérieur du centre hospitalier universitaire (CHU d’Oran) près de 5000 médecins, venus des différentes wilayas du pays, ont entamé une longue marche vers le siège de la wilaya d’Oran. Brandissant des pancartes sur lesquelles sont transcrites les principales revendications du collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) et scandant des slogans exprimant le ras-le-bol de cette catégorie de médecins, les manifestants ont marché dans le calme.

« Les revendications ont déjà été portées à la connaissance de la tutelle », rappelle le Dr Abderrahmane Ikbal, représentant du CAMRA. Il rappelle que ces revendications ont trait « à la révision du dossier relatif au service civil de sorte à garantir de meilleures prestations aux patients et à améliorer la situation sociale du praticien ».

Les organisateurs de cette action se sont en outre félicités du caractère « pacifique » et du « bon déroulement » de la marche effectuée sur un parcours de quelque 5 kilomètres entre le CHU d’Oran et le rond-point du pont « Ahmed Zabana ». La marche a été ponctuée par des haltes devant des sièges institutionnels tels ceux de la Direction de la Santé et de la Wilaya.

« Oui au service civil, non à l’obligation », « Donnez-nous les moyens pour travailler », « Respect, dignité, solidarité » et « SOS ! SOS ! Résidents en détresse », figurent parmi les slogans scandés par les manifestants. La marche a également vu la présence du président du Conseil régional d’Oran de l’Ordre des médecins, Dr Mohamed El-Bachir Bekada, et de membres du Syndicat national des enseignants-chercheurs hospitalo-universitaires   (SNECHU).

Les médecins résidents ont démontré, une nouvelle, que quand il n’y a de répression et de provocation, les manifestations publiques se déroulent dans la calme et la sérénité.

Massinissa Ikhlef  

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :