Secteur de l’éducation : la CNAPESTE appelle à une grève ouverte

Le CNAPESTE exige la concrétisation des promesses et des engagements contenus dans les différents PV signés par la tutelle et le syndicat en 2015.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPESTE) décide de renouer avec la protestation. Après une trêve qui aura duré plusieurs mois, le plus syndicat de l’éducation appelle à nouveau un débrayage ouvert, à partir du 30 janvier prochain.

La décision de rendre la protestation a été annoncée, aujourd’hui, par l’organisation à l’issue de la réunion de son conseil national, tenu samedi dernier e, présence des représentants de 39 wilayas.

« Le mouvement de débrayage sera maintenu jusqu’à la satisfaction de l’ensemble des revendications : la concrétisation des promesses et des engagements contenus dans les différents procès verbaux signés par le syndicat et la tutelle au niveau national ou à l’échelle de wilaya. A titre d’exemple, les enseignants demandent la mise en œuvre du contenu du PV du 19 mars 2015 et ceux des wilayas de Bejaia et de Blida », lit-on dans un communiqué du syndicat. .

Le CNAPESTE, selon la même source, demande également l’annulation des « des mesures portant sur les ponctions sur salaires prises arbitrairement à l’égard des enseignants grévistes ». « La loi n’a pas été respectée dans l’application de ces mesures par les directions de l’éducation au niveau des wilayas », indique l’organisation.

Le CNAPESTE rappelle, dans son communiqué, qu’il avait mis alerté le ministère de l’éducation dans un communiqué, rendu public le 28 novembre 2017. « Nous avons appelé la tutelle à prendre des mesures rapides pour traiter les questions posées, à l’époque au niveau des wilayas de Bejaia, Skikda et Blida », souligne encore le syndicat.

Le CNAPESTE, rappelons-le, a paralysé le secteur de l’éducation dans les deux wilayas de Tizi Ouzou et de Blida, depuis le début de l’année scolaire 2017-2018. Il a fallu l’intervention des parents d’élèves pour voir la situation se débloquer à Tizi Ouzou. Mais à Blida, le mouvement de grève est toujours maintenu, obligeant le ministère de l’éducation à procéder au remplacement des grévistes par de enseignants fraîchement diplômés.

Massinissa Ikhlef 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :