FFS : divorce entre Ali Laskri et le cabinet noir

Celui qui a été, plusieurs fois, appelé à la rescousse par feu Hocine Aït Ahmed pour stabiliser le FFS en temps de crise, semble être poussé à la porte par ceux qui composent le « cabinet noir », à savoir les deux cousins Baloul et la députée Salima Ghozali

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle du FFS, vient de jeter un autre gros pavé dans la marre trop boueuse du parti. Contre toute attente, l’homme annonce sa démission de cette structure qui a pris les commandes du parti après le retrait, en 2013, de son président, Hocine Aït Ahmed.

«Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l’instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m’ont élu lors du 5e congrès », explique Ali Laskri dans un message adressé, ce dimanche, aux militants du FFS.

Celui qui a été, plusieurs fois, appelé à la rescousse par feu Hocine Aït Ahmed pour stabiliser le FFS en temps de crise, semble être poussé à la porte par ceux qui composent le « cabinet noir », à savoir les deux cousins Baloul et la députée Salima Ghozali.

Cela est aisément détectable entre les lignes de son message. « Mon retrait de cette instance implique automatiquement l’organisation d’un congrès extraordinaire sur le plan statutaire. Un tel congrès sera dans l’intérêt salvateur du parti, à travers l’élection d’une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique d’espoir de tout un peuple », indique-t-il.

Ali Laskri qui réserve les explications de sa démission aux membres du conseil national du FFS qui se réuniront en session ordinaire, le week-end prochain, appelle à un congrès extraordinaire. Soupçonnant peut être l’existence d’une volonté de l’actuelle direction à maintenir ce statu quo jusqu’au prochain congrès, il rappelle les dispositions statutaires.

Selon lui, l’instance se retrouve avec moins de trois membres, ce qui, selon l’article 48 des statuts du parti, « rend nécessaire la convocation d’un congrès extraordinaire pour élire une nouvelle instance présidentielle ». Composée initialement de cinq membres, l’instance n’en comptera désormais que deux : Aziz Baloul et Mohand Amokrane Chérifi.

Avant Ali Laskri, Saïda Ichalamen s’est retirée il y a quelques mois, alors que Rachid Hallet a été exclu suite à un « coup d’Etat » orchestré contre lui par les membres de l’instance présidentielle, dont Ali Laskri. Les évènements risquent de se précipiter dans la maison FFS, dans les prochains jours. Les tenants « du pouvoir » au parti entame déjà les manœuvres pour transformer cette démission en acte passible de la commission de discipline et procéder à l’exclusion de Laskri.

Mais dans tous les cas de figure, ils doivent organiser un congrès extraordinaires qui risque de se solder par des changements profonds au sein du FFS.

  Massinissa Ikhlef 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :