Fréha : La mafia du foncier passe à l’acte.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les événements s’accélèrent à un rythme que personne des habitants de la commune de Fréha n’ont imaginé. En effet, tôt ce mardi matin, aux environs de 8h 30, le maire de cette localité, rattachée à l’Aârch d’Aït Djennad, a mobilisé des forces de la gendarmerie nationale, plus précisément un escadron du Groupe d’Intervention, pour l’escorter au village « Ajarar », accompagné des responsables de l’agence foncière de Mekla et quelques élus locaux de sa formation politique, le RND d’Ahmed Ouyahia.

Arrivés sur place, les habitants de ce village, mobilisés préalablement suite à plusieurs réunions de leur comité du village, ont engagé un bras de fer contre le maire RND de Fréha et les forces anti-émeutes, afin de les empêcher d’implanter les logements de type AADL.

Devant ce bras de fer, les éléments du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale n’ont pas hésité à utiliser la force et de tirs de bombes lacrymogènes pour tenter de disperser les opposants. On dénombre trois arrestations et un blessé selon un des membres du comité de village qui a été le plus visé par les forces de sécurité.

D’après des informations requises sur place, ce conflit date depuis les années 1990, où un parent de l’actuel maire RND, avait signé à l’époque un papier pour céder ce terrain qui appartient à la commune, à l’agence foncière de Mekla. Les habitants du village Ajarar réclament des infrastructures d’équipements (Etablissement de santé, centre de formation, nouvelles écoles…) ou bien répartir ce terrain comme a été décidé en 1992 comme 480 lots qui seront distribués pour des habitants de la commune.

Alors que les habitants des villages Ajarar, Tagarsift, Tala Tgana, Ait Bouali, Elmajene et ikharbane se sont opposé catégoriquement à l’implantation d’une cité dortoir de 4 000 logements de type AADL, qui sera surement une opération de recasement de citoyens d’autres régions, composée de la clientèle RND, à qui le maire avait promis durant la campagne électorale des municipale du 23 novembre, des informations circulent à Fréha que même d’autres locataires venus d’autres wilayas vont bénéficier de cette opération, qui était au début de 800 logements avant que le nombre de 4000 ne soit annoncé.

Notre source nous rajoute que les habitants de ces villages se sont opposés et continuent à s’opposer, même s’il faut appeler les autres comités des villages des Ath Jennad (Freha, Aghribs et Timizart) afin de mettre fin à la mafia du foncier de la wilaya de Tizi Ouzou, qui s’est convergée vers la commune de Fréha, par la bénédiction de son maire qui a déjà facilité l’acquisition des terrains au neveu du patron du RND, Ahmed Ouyahia pour brader le foncier et s’installer illégalement dans la zone d’activité. Il est à signaler que même les ouvriers de l’entreprise chinoise, chargée de la réalisation de ces logements AADL, sont déjà depuis quelques jours à la ville de Fréha et aux dernières nouvelles ils ont loué des appartements dans une bâtisse construite illicitement, comme par hasard, par celui qui avait signé ce document de cessation pour l’agence foncière en 1990, et qui serait le relais de toutes la mafia du foncier qui a jeté sa canne à Freha.

K.TANSAOUT

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :