Le front social en ébullition en Algérie : où est passé le premier ministre ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Où est passé Ahmed Ouyahia ? Le premier ministre observe, depuis plusieurs semaines, un silence énigmatique. Alors que le front social est en ébullition et deux secteurs névralgiques, en l’occurrence l’éducation et la santé, sont paralysés par des mouvements de grève, le premier responsable du gouvernement ne dit rien.

Mise à part sa sortie maladroite en tant secrétaire général du RND où il avait traité, il y a plus de quinze jours, les enseignants grévistes « de pirates », Ahmed Ouyahia brille par son absence. Il n’a signé aucune réaction, en tant que premier responsable de l’exécutif, sur les mouvements de grèves qui durent : les grèves des médecins résident a été enclenchée depuis plus de trois mois et le débrayage des enseignants bouclera, dans quelques jours, un mois.

Face à cette situation, ce sont les ministres en charge de ces deux secteurs qui sont envoyés « au charbon ». Mais sans les outils nécessaires pour désamorcer la crise. Ni la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghabrit, ni son collègue de la santé, Mokhtar Hasbellaoui, n’ont les coudées franches pour prendre des décisions allant dans le sens de la satisfaction des revendications des grévistes.

Certaines doléances vont au-delà du cadre sectoriel et exigent l’intervention d’une autorité supérieure aux ministres pour les traiter. C’est le cas des questions du « service civil » et du « service national » soulevées par les médecins résidents ainsi que de la « promotion » exigée par le CNAPESTE. Qui doit prendre la décision ? Le premier ministre ? Ce dernier ne se sent pas concerné visiblement.

Depuis la fameuse instruction présidentielle concernant les privatisations, Ahmed Ouyahia évitent carrément d’agir. Certes il a profité des rencontres internes à son parti pour régler ses comptes avec ses adversaires au sein du pouvoir, mais en tant que responsables du gouvernement, l’homme est inerte. Depuis le début de l’année en cours, ils n’a fait aucune sortie en tant que premier responsable du gouvernement.

En effet, après son retour d’Addis Abeba où il a représenté le chef de l’Etat à l’occasion du sommet de l’Union africaine (UA), Ahmed Ouyahia a zappé tous les rendez-vous nationaux. Après l’annulation de son intervention devant les participants à la conférence sur les énergies renouvelables, organisée en janvier dernier par le FCE, il n’a pas aussi pris part à la célébration, samedi 24 février, à la célébration du double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures.

Que signifie cette éclipse ? Ahmed Ouyahia est-il toujours premier ministre ? L’interrogation est légitime, d’autant plus que les rumeurs concernant son remplacement, à la faveur d’un changement du gouvernement, ont refait surface ces derniers jours. Certaines sources annoncent même un remaniement devant intervenir avant le début du mois de mars prochain…

Massinissa Ikhlef

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :