Hydrocarbures : l’Algérie veut attirer, à tout prix, les investisseurs étrangers

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, donne un avant gout du contenu du prochain amendement. Selon lui, des mesures législatives et fiscales « attractives », seront introduites dans le texte en faveur des investisseurs potentiels.

S’exprimant à l’ouverture, aujourd’hui, à l’ouverture de la 10ème Conférence du renouvellement du syndicat de Sonatrach, le ministre annonce que son département a entamé la révision de la loi sur les hydrocarbures, qui « sera enrichie par des mesures pour attirer les investisseurs et les détenteurs de nouvelles technologies ».

A cet effet, il affirme que « ces nouvelles mesures permettront d’attirer les investisseurs dans le but de renforcer l’exploitation de ressources pétrolières ». « L’objectif final est de développer l’économie du pays, répondre aux besoins nationaux et créer des postes d’emploi », souligne-t-il.

Dans la foulée, Mustapha Guitouni note que le programme de développement des hydrocarbures qui encadre le secteur, vise à « élargir les activités d’exploration, le renforcement des réserves et l’amélioration de l’exploitation des gisements de pétrole et de gaz ».

Il s’agit, ajoute-t-il, « de relancer les activités de transformation, pour jeter les bases de projets gaziers et pétrochimiques », indique-t-il. La loi sur les hydrocarbures, rappelons-le, a été révisée à deux reprises depuis 2004. La première loi a été élaborée au temps où Chakib Khellil était ministre de l’énergie.

Adoptée par l’APN, la loi a suscité une vive polémique à l’époque, en raison des avantages accordés aux multinationales activant dans le secteur. Des observateurs avaient dénoncé, à l’époque, les pertes occasionnés au trésor public, notamment en matière de fiscalité pétrolière. Il a fallu attendre 2006, pour voir le texte révisé « en rétablissant l’équilibre ». Mais depuis, le secteur n’attire plus d’investisseurs étrangers. D’où cette tentative de réviser, à nouveau, la loi.

     Massinissa Ikhlef 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :