L’expulsion des migrants subsahariens dénoncée par des ONG

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Vingt et une organisations locales et internationales ont dénoncé les conditions dans lesquelles se fait l’expulsion des immigrés en provenance d’Afrique subsaharienne, qui selon elles, conduira à des conséquences désastreuses sur leurs vies et leurs état de santé.

Ces organisations, y compris la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, ont déclaré que les autorités réprimaient les migrants « dans la rue et dans les transports, ainsi que dans les lieux de travail et les lieux où ils vivent « , et que « Par peur d’être arrêtés, les migrants resteront chez eux et si les expulsions se poursuivent, les migrants devront vivre cachés, ce qui affaiblira davantage leur situation ».

Ces centaines d’immigrants en provenance du Nigeria, Mali, Côte-d’Ivoire, Libéria, Guinée, parmi eux même  des femmes enceintes et des enfants, ont été arrêtés et regroupés dans des centres de détention à Alger et dans d’autres villes du nord du pays, avant d’être transféré à la ville de Tamanrasset. A partir de là, ils ont été emmenés dans des camions vers la  frontière avec le Niger, 400 km au sud.

Quelque 100 000 migrants clandestins vivent en Algérie, selon les estimations d’ONG, pour la plupart originaires d’Afrique subsaharienne, hors de tout cadre légal et dans des conditions de vie très difficiles.

Y.B

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :