Pour que nul n’oublie

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au lendemain de l’Indépendance, après la tentative d’invasion marocaine, les troupes d’Oujda menée par Ben Bella le Marocain contre les vrais maquisards qui ont libéré le pays, les escarmouches et autres guerre de clans ont failli faire exploser la jeune République, les Algériens se sont levés pour crier : « sept années barakat » Ensuite BB qui apparemment n’avait aucun soucis sauf de déclarer Place Emir Abdelkader : « Nous sommes Arabes, nous sommes Arabes, nous sommes Arabes ! »
Ce à quoi, j’ai l’honneur de venir à nouveau solliciter votre haute bienveillance et ce suite à ma correspondance datée du 10 Juin 2008, afin de venir par la présente vous redemander, et ce conformément aux instructions du Président de la République, « Fakhamatou Erraïs », et du Ministre de l’Intérieur, de satisfaire ma demande concernant la restitution ou l’indemnisation de mon fusil de chasse qui a fait l’objet d’un dépôt volontaire de par ma personne auprès du Commissariat d’Alger (6ème Arrondissement) et ce suite à la demande des Autorités en date du 08/02/1993.

​Entre nous soit dit, je préfère que mon fusil ne me soit pas restitué car des envies de meurtre me harcèlent lors de mes nuits cauchemardesques. Dans une réunion de l’au-delà, Ben Bella, Boumediene et Chadli, m’ont regardé en face et m’ont posé la simple question dans leur parler rifain et comme cela plait au clan de Oujda (car la majorité de nos dirigeant sont d’origine marocaine): « pourquoi veux-tu récupérer ton fusil, puisque l’Algérie est en paix ? Et c’est grâce à nous ».

​Ce que ces anciens dictateurs n’ont pas compris c’est que Boutef, n’est là que pour se venger. Se venger de quoi ? De ne pas avoir été désigné Président après la mort de Boumédiène malgré ses cent millimètres de larmes de crocodile versés dans une oraison funèbre proche du complexe Freudien.
« Kounta abouna ya Boumèdiène ». Plus tard, notre Ramsès, est condamné par la Cour des Comptes. Il prend la fuite vers les Bédouins du Golf et traverse un désert qui n’est pas le sien de plus de 20 ans tout en conseillant les Emirs sur l’art et la manière de chasser l’outarde en Algérie et d’avoir des marchés de gré à gré.

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :