Transcription de Tamazight : « Le choix revient à l’académie »

Selon la ministre, la généralisation de l’enseignement de Tamazight « c’est pour très bientôt »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La ministre de l’éducation, Nouria Benghabrit préfère renvoyer la balle à la future académie de Tamazight pour choisir la graphie idoine pour sa transcription. Face au forcing des islamo-conservateurs qui tentent d’imposer le caractère arabe, la première responsable de l’éducation nationale refuse de trancher.

« Si l’académie de Tamazight choisit un type de graphie, nous sommes prêts à l’appliquer et si elle choisit de garder les trois graphies à savoir le latin, l’arabe et le Tifinagh nous l’appliquerons aussi », affirme Nouria Benghabrit, dans une déclaration en marge de la cérémonie de lancement du concours national « les plumes de mon pays ».

La ministre de l’éducation rappelle, dans la foulée, que « jusque-là, la langue Tamazight est enseignée dans ces trois types de graphie et c’est une erreur de croire qu’il y a une volonté délibérée d’aller vers un seul type de graphie ».

« La généralisation pour bientôt » 

Selon la ministre, la généralisation de l’enseignement de Tamazight « c’est pour très bientôt ». « Pour la prochaine rentrée prochaine la langue amazighe sera enseignée dans les 48 wilayas », souligne-t-elle.

Pour rappel, depuis le mois de décembre dernier et l’annonce de la mise en place de l’académie de la langue amazighe, les démons islamo-baathistes se sont réveillés. Après avoir perdu leur bataille contre l’officialisation de la langue amazighe, ces derniers tentent de se rattraper dans le temps additionnel pour, au moins, imposer le caractère arabe. Mais peine perdue…

Massinissa Ikhlef 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :