Transcription de Tamazight : des écrivains Chaouis plaident pour le Latin

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

C’est une nouvelle gifle que vient de recevoir le courant islamo-baathiste en Algérie. Leurs tentatives d’imposer le caractère arabe pour la transcription de la langue Amazighe vient de recevoir un autre refus. Celui-ci vient de la région des Aurès. En effet, le réseau « Awal (la parole) » des écrivains et chercheurs en Tamazight dans les Aurès rejettent carrément le débat autour du caractère arabe.

Dans une déclaration rendue publique, Awal plaide plutôt pour l’adoption du caractère universel, le Latin, pour la transcription de la langue amazighe. « La prétendue préférence du caractère arabe dans la région Chaouie n’est qu’une diversion visant à isoler les Aurès des autres régions berbérophones du pays. En réalité ce choix n’a jamais été évoqué. Au contraire, l’ensemble de la production intellectuelle et littéraire dans les Aurès s’est fait en Latin. L’enseignement de la langue aussi se fait en Latin », lit-on dans sa déclaration.

Commentant les dernières sorties de certains acteurs connus pour leur opposition à l’officialisation de la langue amazighe, les auteurs de cette déclaration mettant en garde contre une « tentative d’écarter la région des Aurès de l’effort du développement et de la promotion de la langue amazighe ».

Le réseau souligne aussi que le caractère Tifinagh « est le symbole de notre identité et la fierté de notre langue amazighe ». « Mais l’absence d’une base unifiée pour son utilisation officielle risque de geler tout travail innovant jusqu’à nouvel ordre. Cela nous coûtera beaucoup de temps et d’efforts, au moment où nous avons besoin d’aller plus vite pour rattraper le retard », rappellent-ils.

Pour éviter la confrontation qui influera négativement sur la promotion de Tamazight, le réseau Awal estime que « l’unification du caractère est plus qu’une nécessité ». « Le caractère universel unifié (le Latin) est considéré comme une solution pour préserver toutes les variantes de la langue. Il faut une décision courageuse et rationnelle, pour fermer définitivement le dossier du caractère suscité par les opposants éternels de la langue amazighe », précisent-ils, appelant, au passage, à un travail scientifique sérieux pour la promotion et l’unification du Tifinagh.

Massinissa Ikhlef 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :