Et Maintenant qu’est-ce qu’on attend ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Maintenant que le sachet de lait a disparu, maintenant que le pain se fait plus chère, maintenant que la vignette automobile promise à une année de vie revient, maintenant que les logements AADL sont donnés à d’autres, maintenant que Benghabrit a rouvert les portes d’école, maintenant que le pétrole est revenu à de meilleures intentions, maintenant que l’artichaut se vent à 40 DA.

Maintenant que la femme a fêté sa journée alors que l’homme retraité n’a toujours pas ses droits, maintenant que le minaret de la grande mosquée est prêt d’atteindre la hauteur de Bordj El Khalij.

Maintenant que vous préparez la succession de Bouteflika par un Abdelaziz, que nous reste t-il à attendre ?

Peut-être des coups de crawle à travers la méditerranée avec l’achat d’un pneumatique du côté du Hamiz sans compter les cours de natation à payer et le fric aux passeurs.

Plaisanterie mise à part, sachez que nous n’avons pas tout ce fric. L’ANSEJ a refusé de nous prêter pour ce genre d’opération harraga, mais a accepté de fournir les fonds pour l’achat de fourgons pour l’import-export et le transport de marchandises toutes destinations.

Les banques ne prêtent qu’aux riches alors que des locaux construits pour contrecarrer le marché parallèle, demeurent fermés en attendant qu’ils soient attribués à « qui de non droit ».

 Alors qu’attendre en attendant ? Sniffer du Patex, rouler un pétard, arnaquer sa mère ou sa copine et croire en Dieu… Surtout le vendredi avec le petit tapis bien mis en exergue sur l’épaule droite si possible. Car l’épaule gauche, celle du cœur et de l’amour, est paraît-il  synonyme de kofr…

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :