Pénurie du lait en sachet en Algérie : quatre laiteries soupçonnées de fraude fermées

La décision a été prise, mardi dernier lors d’une rencontre ayant réuni les ministères, respectivement, de l’Agriculture et du Commerce, les responsables des différentes laiteries nationales et l’Office national interprofessionnel du lait et produits laitiers (ONIL).

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au moins quatre laiteries ont été fermées en raison du « non-respect » du cahier des Charges concernant la production du lait subventionné. C’est ce qu’a annonce le ministre de l’agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi.

Selon lui, la décision a été prise, mardi dernier lors d’une rencontre ayant réuni les ministères, respectivement, de l’Agriculture et du Commerce, les responsables des différentes laiteries nationales et l’Office national interprofessionnel du lait et produits laitiers (ONIL).

D’autres laiteries, ajoute-t-il, risquent le même sort. « Si elles ne respectent pas ce cahier des charges d’autres laiteries seront aussi fermées. Des comités permanents, installés par les ministères de l’Agriculture et du Commerce, assurent le suivi et le contrôle des laiteries au niveau de la production », souligne-t-il.

Des procédures ont été prises, ajoute le ministre, afin de suivre et de contrôler la traçabilité du lait en sachet depuis sa production jusqu’à sa vente au détail. « Pour mettre fin à toute spéculation sur le lait subventionné, des opérations de suivi et de contrôle sont engagées, et ce, tant au niveau de  la production qu’au niveau de la distribution », indique-t-il, en réaffirmant le maintien du prix du lait en sachet.

Depuis quelques mois, les citoyens souffrent d’une véritable pénurie du lait subventionné. Cette situation ne se limite pas seulement aux zones rurales, mais aussi aux grandes villes. Le produit est introuvable chez les commerçants qui ne proposent, aux clients, que le lait de vache vendu à 50 DA le litre. La pénurie est, en tout cas, inexplicable d’autant que les importations algériennes en matière de poudre de lait ont augmenté. Le ministère de l’agriculture nie aussi toute réduction des quotas de poudre distribués aux différentes laiteries.

Massinissa Ikhlef 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :